×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Infrastructure: Africa50 accélère ses investissements

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5557 Le 16/07/2019 | Partager
    119 millions de dollars engagés à fin 2018, 24 projets en cours
    Le fonds prépare une levée de 1 milliard de dollars auprès des institutionnels

    Les représentants des 27 Etats actionnaires d'Africa50 ainsi que ceux de Bank Al-Maghrib, de la BCEAO et de la BAD ont approuvé l'entrée dans le tour de table du fonds du Zimbabwe lors de la dernière assemblée générale à Kigali au Rwanda (voir aussi L'Economiste 5554 du 11 juillet 2019). Avec une taille de 871 millions de dollars, la structure de la BAD dédiée au financement des infrastructures a déjà cinq transactions (développement et financement de projets) d'un montant global de 119 millions de dollars à son actif. Dans tous les projets, Africa50 a vocation à prendre une participation en fonds propres de 20 à 30%. Une vingtaine de projets sont dans le pipeline dont le pont reliant les deux Congo, la Cité de l'innovation de Kigali ou encore un réseau de fibre optique en Guinée. «En peu de temps, Africa50 est reconnu comme un acteur majeur dans les infrastructures», se réjouit Alain Ebobissé, son directeur général.

    africa50_5557.jpg
    Dans tous les projets, Africa50 a vocation à prendre une participation en fonds propres de 20 à 30%. Parmi les projets dans les tuyaux, il y a le pont reliant les deux Congo, la Cité de l'innovation de Kigali ou encore un réseau de fibre optique en Guinée

    Pour accompagner le développement de tous ces chantiers, il faudra augmenter les ressources du fonds. La BAD va augmenter sa participation dans la structure réservée au développement des projets. En outre, Africa50 est en train d'affiner une levée de fonds auprès des institutionnels. «Nous aviserons le marché lorsque nous serons prêts à y aller. Mais les objectifs sont ambitieux», confie le directeur général d'Africa50. Pas moins d'1 milliard de dollars en une ou plusieurs tranches pourrait être mobilisé auprès de ces investisseurs à court terme. Le déficit de financement des infrastructures du continent dépasse 100 milliards de dollars par an. Tous les leviers seront donc indispensables pour mobiliser les capitaux nécessaires pour réduire le gap.

    alain_ebobisse_5557.jpg
    Alain Ebobissé, directeur général d'Africa50: «Notre stratégie avec le Maroc est multiple. Nous voyons beaucoup plus d'opportunités à nous joindre à des entreprises marocaines pour investir ensemble sur le reste du continent. Par ailleurs, il y a des possibilités d'investissement très en amont sur certains projets» (Ph. Africa50)

    Jusqu'ici, les investissements du fonds Africa50 se sont focalisés sur le secteur de l'énergie avec des projets au Cameroun et en Egypte par exemple. Il y a aussi un accent plus marqué pour le financement des infrastructures numériques. Près de la moitié des investissements prévisionnels (partie financement de projets) est prévue dans le secteur des TIC. «Nous avons le sentiment que l'Afrique doit véritablement se positionner pour participer à la 4e révolution industrielle. Il faut pour cela créer les conditions qui permettent aux Africains d'innover et on ne peut pas le faire sans accès à internet et à l'électricité», indique Alain Ebobissé.
    Parmi les principaux actionnaires du fonds Africa50 (120 millions de dollars investis par le Trésor et Bank Al-Maghrib), le Maroc aspire à se faire accompagner sur certains investissements. «Notre stratégie avec le Maroc est multiple. Nous voyons beaucoup plus d'opportunités à nous joindre à des entreprises marocaines pour investir ensemble sur le reste du continent. Il y a des possibilités d'investissement très en amont sur certains projets», avance le directeur général d'Africa50.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc