×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5556 Le 15/07/2019 | Partager

    ■ Le son des abeilles pour éloigner les éléphants 
    Les chemins de fer indiens ont trouvé une solution originale pour éloigner les éléphants des rails: dès que l'un d'eux s'approche, des haut-parleurs diffusent des sons de bourdonnement d'abeilles dont les pachydermes redoutent les piqûres autour des yeux et dans la trompe. Près de 70 éléphants ont été tués par des trains entre 2013 et juin 2019, principalement dans l'Etat d'Assam, dans le nord-est, et dans le Bengale occidental, au nord de l'Inde. Dans le cadre du «plan Abeille», ce sont donc 50 haut-parleurs bourdonnants qui ont été déployés sur une dizaine de «corridors à éléphants» dans les vastes forêts d'Assam, qui abritent près de 6.000 individus, soit 20% de la population totale du pays. «Nous cherchions les moyens d'empêcher les éléphants de venir sur les rails et nos services ont proposé ce dispositif», a expliqué à l'AFP Jyoti Sharma, porte-parole des chemins de fer indiens. Les bourdonnements s'activent quand les trains s'approchent de certains points et peuvent être entendus jusqu'à 600 mètres à la ronde», a détaillé le porte-parole.
    Le dispositif, salué par les sociétés de protection des animaux et pour lequel l'opérateur régional Northeast Frontier Railway (NFR) a reçu mardi le prix de la «meilleure initiative» de la part des chemins de fer indiens, a d'abord été testé en 2017 sur des élephants domestiques et sauvages avant d'être déployé sur le terrain l'an dernier.

    rikaure_insolite.jpg
     

    ■ Un lac pollué attire les touristes en Sibérie 
    Touristes en bikini, baigneurs ou couples désirant un cadre romantique: un lac artificiel pollué aux couleurs rappelant celles d'un paradis tropical est récemment devenu un aimant pour des visiteurs à la recherche du selfie parfait dans les "Maldives" sibériennes. Le site, qui sert de décharge à une centrale thermique de Novossibirsk, est rapidement devenu un phénomène sur Instagram avec son eau d'un bleu cristallin éclatant, un phénomène dû à la dilution d'oxyde de calcium rejeté par la société gérant les lieux. Si des panneaux avertissent de la dangerosité des lieux, certains n'hésitent pas à risquer des irritations de la peau ou des problèmes plus graves pour faire la photo parfaite. «J'étais venu pour faire une belle photo. Notre ville est grise et c'est l'un des seuls beaux endroits», a raconté à l'AFP Alexeï Cherenkov, l'un des premiers à avoir popularisé ce site avec une photo sur laquelle on le voit encagoulé sur une bouée en forme de licorne blanche. Le cliché lui a aussi valu une irritation cutanée sur les pieds, «déjà partie» d'après lui. Le jeune homme ne conseille toutefois à «personne de goûter cette eau». Selon lui, l'absence de surveillance explique la présence de visiteurs, dont certains «font même des barbecues» sur place.o

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc