×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Devenez un expert de la santé en Allemagne!

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5552 Le 09/07/2019 | Partager
    Un programme pour les bacheliers lancé par l’Ecole supérieure des sciences de la santé
    Physiothérapie, orthophonie, psychomotricité… Débouchés garantis en Europe
    100.000 DH à débourser pour les trois années d’études
    expert_sante_5552.jpg
    L’Ecole supérieure des sciences de la santé (ESSS) lance pour la rentrée prochaine un programme allemand destiné aux bacheliers fraîchement diplômés. Une licence assurant à ses diplômés de devenir orthophoniste ou encore infirmier au sein de cette puissance économique européenne mondiale en manque de travailleurs dans le monde médical (Ph. ESSS) 

    Devenir un expert de la santé en Allemagne. C’est la finalité du programme de formation qui sera proposé dès la rentrée prochaine aux bacheliers intégrant l’Ecole supérieure des sciences de la santé (ESSS). Un cursus complet de qualité dont les débouchés seront garantis, le pays de l’Europe de l’ouest manquant en effet cruellement de travailleurs actifs dans ce secteur particulièrement valorisant.
    Le programme allemand, distribué en partenariat avec la Société allemande pour l’éducation et le travail (GBB), l’Institut Goethe ou encore l’Université de médecine de charité de Berlin, permettra ainsi de former des professionnels de la santé suite à une formation étalée sur trois ans et équivalente à une licence professionnelle. Sa particularité? Etre quasi-intégralement dispensée en langue allemande, en conformité avec les normes européennes de l’enseignement supérieur. «Les jeunes bacheliers inscrits suivront des cours intensifs d’allemand général mais aussi médical durant toute la première année académique de la formation. Ils devront, conformément aux normes de l’enseignement supérieur en Allemagne, décrocher avec succès l’examen du niveau B2», précise dans ce sens le Vice-président des affaires académiques de l’Ecole supérieure des sciences de la santé et docteur Abderrahmane Benmamoune. «Les cours de langue seront dispensés par l’Institut Goethe dans les locaux même de l’ESSS», ajoute par ailleurs le médecin de renom. A partir de la seconde année d’études, l’ensemble des cours seront délivrés dans cette langue, dont la maîtrise est essentielle pour pouvoir intégrer avec succès le marché du travail de ce pays.
    Côté contenu, les jeunes titulaires du baccalauréat inscrits apprendront avec rigueur les rouages de leur filière de formation, incluant notamment la physiothérapie, l’orthophonie ou encore la psychomotricité. Dès la seconde année, les cours seront dispensés par des professeurs et des experts allemands. Enfin, l’ensemble des bénéficiaires devront réaliser un stage de fin d’études en Allemagne. «Un moyen de se familiariser avec la culture du travail du pays et de découvrir par la même occasion son système de soins de santé», précise Benmamoune. 
    Une formation dont le coût est particulièrement attractif. En effet, les trois ans d’études ne dépasseront pas les 100.000 DH. Ces derniers couvriront les frais de la formation mais également ceux des stages, de la résidence ou encore du visa. Néanmoins, les étudiants de cette formation initiale devront également payer, en plus de ce montant, les frais de scolarité habituels de chaque filière.
    A l’issue du cursus, les diplômés auront la possibilité d’intégrer les services de soins médicaux et de rééducation sur le territoire allemand. Une condition que garantissent les institutions partenaires du programme. Nos diplômés sont assurés d’être intégrés sur le marché de l’emploi de la République Fédérale d’Allemagne», confie sereinement le responsable de l’ESSS. La raison? Le pays manque actuellement de «bras». En effet, le secteur de la santé allemand connaît actuellement un taux de croissance rapide, trois fois plus élevé que la vitesse de croisière de son économie globale.  Une forte augmentation de la demande en soins due au vieillissement de la population, à la baisse continue de la mortalité ainsi qu’à l’augmentation de l’espérance de vie au sein du pays.
    Pour pouvoir intégrer ce programme, les bacheliers intéressés devront dans un premier temps présenter leur dossier, qui sera soigneusement examiné dans ce sens. Mais pas seulement. La sélection se fera également par le biais d’un test d’admission qui intègrera plusieurs épreuves écrites et orales. «Des tests décisifs qui évalueront les compétences de base des futurs étudiants en français, en culture générale ou encore en psychotechnique).
    Le Maroc dispose de bon nombre d’autres filières en matière de formation aux métiers de la santé. Parmi les plus courantes notamment, la kinésithérapie, la nutrition ou encore l’orthophonie. Des programmes dispensés aussi bien par des établissements publics que privés.

    Des cours du soir également prévus!

    Le programme allemand en sciences de la santé proposé dès septembre prochain par l’Ecole supérieure des sciences de la santé ne concerne pas uniquement les bacheliers. Un cursus est également prévu en formation continue à l’égard de professionnels du secteur. Objectif: développer leur langage technique allemand et les sensibiliser à la culture du pays pour pouvoir y exercer sans difficultés. Une formation de près de 12 mois qui sera clôturée par la réussite de l’examen de certification d’Etat qui qualifie le candidat pour pratiquer dans ce pays.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc