×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Les universités privées dans la cour des grands

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5552 Le 09/07/2019 | Partager
    UEMF, UIR, Abulcasis… une multitude de choix
    Double diplomation, partenariats, et reconnaissance
    universite_reconnue_5552.jpg
     

    QUE faire après le bac? Une question que se posent les futurs bacheliers ainsi que leurs parents. Entre enseignement public et privé, le choix est vite fait selon les «résultats obtenus» et les moyens financiers des parents. Et ils sont de plus en plus nombreux à vouloir éviter à leurs enfants un avenir incertain. «Lequel serait dû au surpeuplement, fractions extrémistes, et batailles rangées… des universités publiques», craignent-ils. Notons qu’il y a des universités publiques qui forment des profils de qualité et très recherchés. Il en est de même pour les universités privées. L’Economiste esquisse quelques pistes pour aider à mieux s’orienter une fois le précieux sésame obtenu.  
     
    • 15.000 à 20.000 nouveaux inscrits
    Statistiquement, les établissements privés du Royaume accueillent entre 15.000 et 20.000 nouveaux inscrits chaque rentrée universitaire. Ces établissements proposent un diplôme accrédité, délocalisé, en partenariat ou reconnu. Et c’est ce dernier type d’établissement qui enregistre le plus de demandes. En effet, les établissements reconnus bénéficient d’un partenariat avec l’Etat et dont la formation est sanctionnée par un diplôme équivalent à un diplôme étatique. Cela signifie que les lauréats de ces établissements disposent des mêmes droits que ceux titulaires d’un diplôme d’Etat, et peuvent prétendre à l’intégration dans la fonction publique. Au ce jour, 21 universités/établissements privés sont reconnus par l’Etat. «Il est à noter que les demandes de certains établissements nécessitent la satisfaction des conditions. D’autres demandes sont en cours d’évaluation. Aussi cette liste sera-t-elle mise à jour régulièrement au fur et à mesure de la reconnaissance d’autres établissements», précise le ministère de l’Enseignement supérieur.
     
    • Préparer au mieux à la réalité du marché du travail 
    Concrètement, les établissements reconnus couvrent les différentes villes du Royaume. Les disciplines enseignées dans ces établissements sont d’une grande diversité, en plus d’être de qualité. En fait, les universités privées, à Rabat, Casablanca, Marrakech, Agadir et Fès cherchent à se démarquer avec des offres de formation de plus en plus pertinentes: double diplômation, qualité des formations et la qualité de vie dans le campus. Disposant de moyens financiers considérables et bénéficiant de ressources humaines de haut niveau, ces institutions ont pu gagner une place imposante dans le secteur de l’enseignement supérieur. Ces universités privées (UP) ont ainsi le mérite d’offrir des formations ciblées préparant au mieux à la réalité du marché du travail et de ses exigences. 
     
    • UEMF, UIR, Abulcasis… des formations à l’avant-garde 
    L’Université euro-méditerranéene de Fès (UEMF) est de loin l’université la plus convoitée dans la région Fès-Meknès. Avec des équipements à la fine pointe de la technologie et un management imprégné moderne, elle ambitionne d’être un pôle d’excellence et de rayonnement préparant l’élite capable de relever les défis actuels et futurs. L’UEMF développe à cet effet des programmes de formation et de recherche innovants obéissant aux meilleurs standards internationaux. Placée sous la présidence d’honneur du Roi, l’UEMF se compose de deux pôles: le pôle Ingénierie et Architecture et le pôle Sciences humaines et sociales (SHS). Son futur éco-campus sera de faible carbone et permettra à plus de 18 nationalités issues des différents pays des deux rives de la Méditerranée de se côtoyer. Pour sa part, l’Université internationale de Rabat (UIR) propose des formations diplômantes très pointues tels l’architecture, le business, l’aéronautique, les études spatiales, les sciences politiques, le développement durable... Pour les réussir, l’UIR s’ouvre sur l’international à travers des partenariats avec de grandes écoles étrangères. Et ses étudiants sont parmi les plus brillants. Toujours à Rabat, l’Université internationale Abulcasis des sciences de la santé (UIASS) vient de décrocher la reconnaissance de l’Etat. Créée en 2014, l’université offre des formations en médecine, médecine dentaire, pharmacie, ingénierie biomédicale… avec l’appui de la Fondation Cheikh Zaid.

    150 millions de DH pour un éco-campus à Fès

    uemf_5552.jpg
     

    Enorme projet que celui de l’Université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF), labellisée par l’Union pour la Méditerranée (UpM) avec le soutien unanime des 43 Etats membres de l’UpM. Ce n’est pas d’ailleurs fortuit si «l’Union européenne et la Banque européenne d’investissement (BEI) financent la construction de son éco-campus». En fait, les deux institutions ont accordé une enveloppe de près de 150 millions de DH (plus de 13 millions d’euros) à l’UEMF dans le cadre du mécanisme de Facilité d’investissement pour le voisinage (FIV). Fortement impliquée dans la recherche aussi bien en sciences humaines et sociales qu’en sciences pures et ingénierie, l’UEMF propose des formations en partenariat avec des institutions de l’espace Euromed. Pour son président, Mostapha Bousmina, «il faut former des cadres de haut niveau et leur offrir des espaces de recherche aussi bien en sciences humaines et sociales qu’en sciences pures et ingénierie. C’est capital pour le développement de notre pays».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc