×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L’offensive armée s’intensifie en Libye

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5549 Le 04/07/2019 | Partager
    Attaque d’un camp de détention pour migrants
    Inquiétudes auprès du HCR et de la communauté internationale

    C’est l’indignation totale.  Un centre de détention pour migrants a été la cible de raid aérien, mardi 2 juillet à Tripoli. L’attaque n’a pas été revendiquée, mais le pays est plongé dans une guerre civile depuis des mois déjà. La communauté internationale s’est indignée de l’ampleur que prend la crise. 
    Les forces du maréchal Khalifa Haftar ont lancé une offensive sur le Gouvernement d’union nationale (GNA)  afin de s’emparer de la capitale. L’Armée nationale libyenne (ANL) a d’ailleurs annoncé une semaine intense avec la multiplication des frappes aériennes à Tripoli, en riposte à la bataille de Gharyan (ville au sud de Tripoli) qu’elle a perdue. Raison pour laquelle le Gouvernement d’union nationale a dénoncé les violences perpétrées par l’armée. 
    Depuis le début de l’offensive, plusieurs familles ont été déplacées et les migrants sont pris au piège dans les combats. Cité par l’AFP, le chef du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a porté trois messages clés: «Les migrants et réfugiés ne doivent pas être en détention, les civils ne doivent pas être des cibles et la Libye n’est pas un lieu sûr pour un renvoi des migrants». 
    La Mission d’appui des nations unis en Libye (Manul) a également exprimé son inquiétude par rapport à la situation qui s’exacerbe de plus en plus et qui alimente les doutes quant à la sécurité des réfugiés. Car, malgré la crise profonde et l’insécurité grandissante, le pays reste un important point de transit pour les migrants fuyant les conflits et l’instabilité dans d’autres régions d’Afrique et du Moyen-Orient. 
    De plus, la crise gagne en intensité à cause des ingérences étrangères. Le maréchal Haftar est accusé de recevoir un soutien militaire des Emirats arabes unis et de l’Egypte. Aux dernières nouvelles, Abou Dabi a démenti avoir acheminé des missiles américains en Libye, réfutant les accusations d’un sénateur américain qui accuse le pays du Golfe d’avoir violé un embargo de l’ONU.
    Haftar accuse à son tour la Turquie et le Qatar de fournir des armes à ses rivaux. Ce qui a alimenté les tensions avec Ankara. S’en est suivi l’arrestation de six marins turcs qui seront ensuite libérés sous les menaces de la Turquie. 
    Pour rappel, le pays est divisé depuis la guerre civile qui a entraîné la destitution de l’ancien président Kadhafi, en 2011. Deux gouvernements cohabitent dans l’hostilité et l’économie est de plus en plus exsangue.

    Réunion en urgence à l’ONU

    Le Conseil de sécurité de l’ONU devait se réunir, hier mercredi, en urgence sur la Libye après la mort de plusieurs migrants dans une frappe aérienne la veille contre un centre de détention près de Tripoli. La réunion à huis clos a été ajoutée au programme du Conseil à l’initiative du Pérou, président en exercice du Conseil de sécurité pour juillet. «Malnutrition, enlèvements, travail forcé, torture…», des ONG présentes en Libye dénoncent les conditions de détention des migrants piégés dans ce pays, conséquence selon elles de la politique migratoire des pays européens conclue avec les Libyens.

    Seynabou DIOUF & F. Z. T. 

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc