×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Casablanca Finance City: Ibrahimi n'a pas digéré la pression de Moscovici

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5538 Le 19/06/2019 | Partager
    La fiscalité n'est pas l'unique attrait
    L’imposition des sièges régionaux et l'IS pourraient passer à la trappe
    L'écosystème CFC, c'est 180 entreprises et un chiffre d'affaires de 5,8 milliards de DH
    cfc_1038.jpg

    En 2018, les entreprises sous statut CFC ont versé 785,3 millions de DH d'impôts, en hausse de 47%. Le chiffre d'affaires a augmenté de 52,2% à fin 2018. Il s'est établi à 5,8 milliards de DH contre 3,8 milliards en 2017

    Les taux réduits appliqués actuellement au chiffre d'affaires à l'export des zones franches d'exportation et à Casablanca Finance City (CFC) vont s’aligner progressivement sur le taux normal d'imposition. C'est l'une des principales recommandations des Assises fiscales.

    Le Maroc est tenu de s'y conformer s'il veut quitter la liste grise des paradis fiscaux de l'Union européenne. Said Ibrahimi, patron de Casablanca Finance City Authority (CFCA), n'a pas avalé la couleuvre, «cela devrait plaire aux concurrents du Maroc, en particulier ceux qui, en Europe, veulent se positionner en tant que plateforme pour l'Afrique».  Ibrahimi s'est même interrogé sur l'opportunité d'inviter un commissaire européen (ndlr: Pierre Moscovici) en fin de mandat aux Assises de la fiscalité. «Il n'y avait pas sa place».

    Plus précisément, deux mesures avantageuses pour CFC pourraient passer à la trappe:  le calcul de l’imposition des sièges régionaux à travers le changement de l'imposition forfaitaire basée sur les dépenses de fonctionnement et la différenciation du taux de l'IS local et celui réalisé à l'export. La convergence entre les taux des activités locales et à l’export sera progressivement mise en place.

    cfc_2_038.jpg

    L'écosystème CFC est constitué à hauteur de 27% de sièges régionaux de multinationales

    Le patron de Casablanca Finances City Autority(1) est revenu sur les réalisations de la place financière en 2018. Malgré ce contexte, il reste optimiste. Car l'attrait de la place ne tient pas uniquement aux avantages fiscaux. «Les entreprises viennent au Maroc pour le business généré, la stabilité, la qualité de l'infrastructure et la connectivité», souligne Ibrahimi. Parmi les points forts de cette place, des procédures administratives simplifiées et accélérées même pour le règlement de différends ainsi que la mise en réseau des entreprises.

    Cette place financière qui compte la région de Casablanca-Settat dans son tour de table (une prise de participation de 20% pour un montant de 100 millions de DH) a accueilli dans sa tour 25 entreprises. Les autorités de régulation y établiront également leur quartier: la direction de la supervision bancaire de Bank Al-Maghrib ainsi que des représentations de l'Autorité marocaine du marché des capitaux et de l'Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale.

    A fin mai 2019, 180 entreprises ont acquis le statut CFC: 34% d'entre elles opèrent dans les services professionnels et 30% sont des entreprises financières. Plus de 4 entreprises sur 10 sont d'origine européenne. La communauté CFC compte aujourd'hui des fonds d'investissement comme Africa 50 dédié au financement de projets d'infrastructure en Afrique, Amethis qui soutient les entrepreneurs sur le continent et qui dispose d'une capacité d'investissement de 725 millions d'euros ainsi que Neo Themis. 

    Ce dernier fonds gère des investissements dépassant 1,5 milliard de dollars et veut déployer 250 millions de dollars dans le secteur des énergies propres en Afrique. L'écosystème CFC, c'est 5,8 milliards de DH de chiffre d'affaires en 2018, en hausse de 52,2%, 3.943 employés et une contribution fiscale de 785,3 millions de DH.

    Khadija MASMOUDI

    ------------------------------------------------------------

    (1) Casablanca Finances City Autority a tenu une conférence de presse lundi 17 juin sur les réalisations de la place financière en 2018

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc