×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Réfugiés au Maroc: Les crises de déplacement les plus négligées

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5538 Le 19/06/2019 | Partager
    Sur les 10 pays «les moins regardés», 7 sont africains
    Manque d’argent, défaillance politique ou silence des médias
    Le Cameroun en tête
    refugies_au_maroc_038.jpg

    Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) publie, chaque année, la liste des 10 crises de déplacement les plus négligées dans le monde. Le Cameroun en tête, 7 pays au classement sont africains (Source: UNHCR)

    Manque de financement, manque d’attention des médias et négligence politique. Voici les trois critères retenus par le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) pour établir la liste des 10 crises de déplacement les plus négligées dans le monde.

    Le 5 juin dernier, le rapport pour 2018 met le Cameroun en tête, avec 7 pays africains au classement. «La crise qui se dégrade rapidement au Cameroun n’a entraîné aucun effort de médiation, aucun programme d’assistance important, peu d’intérêt des médias et une pression trop faible pour que les parties cessent d’attaquer les civils. Le silence est glacial», a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du NRC, cité dans le rapport. L’ONU parle de 530.000 personnes déplacées en raison du conflit armé qui sévit dans les régions anglophones.

    L’année 2018 n’a rien épargné non plus à la République démocratique du Congo, qui suit le Cameroun au classement. Une crise d’Ebola en mal de finances et de nombreuses victimes des différents groupes armés et, dans certains cas, des forces de sécurité gouvernementales, comme le souligne le rapport mondial 2019 de Human Rights Watch. Le pays fait face à 4,5 millions de personnes déplacées, 700.000 réfugiés dans les pays voisins, et 2,5 millions d’enfants touchés par la malnutrition. Pourtant, le Conseil norvégien relève un intérêt des médias plus tourné vers les récentes élections.

    Des crises humanitaires sévissent également en République centrafricaine où plus de la moitié des habitants ont un besoin urgent d’aide humanitaire. Là encore, le manque d’information est pointé du doigt. Pourtant, un quart de la population a été déplacée dans le pays ou dans les pays voisins. Quelque 2,9 millions des 4,6 millions de Centrafricains ont un besoin urgent d’aide humanitaire.

    «C’est l’une des pires crises au monde en termes de pourcentage de la population touchée», précise le rapport. Le Burundi est le 4e pays à figurer sur cette liste des crises de déplacement les plus négligées dans le monde. En 2018, 33% seulement de l’appel humanitaire pour les réfugiés burundais était financé. Ce déficit en fait la crise de réfugiés la moins financée au monde, selon l’Agence des Nations unies pour les réfugiés.

    L’appel à soutenir les personnes touchées par la crise humanitaire à l’intérieur même du Burundi était également gravement sous-financé. L’Ukraine en 5e position change de continent. Mais l’Afrique revient vite avec le Mali sur la 7e marche, juste après le Venezuela.

    Les conflits intercommunautaires, les opérations militaires, les attaques de groupes armés non étatiques… engendrent un nombre de personnes déplacées multiplié par trois en 2018, passant de 35.000 à 126.000, et qui a continué à augmenter au début de 2019. La Libye, l’Ethiopie et la Palestine clôturent le classement.

    L’appel humanitaire de 2018 n’a reçu que 45,7% du financement nécessaire pour aider les 2,5 millions de Palestiniens dans le besoin. Une situation vieille de plus de 70 ans qui témoigne d’un échec alarmant au sein de la communauté internationale pour trouver une solution politique.

    J. A.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc