×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Ciment: La consommation se redresse

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5526 Le 29/05/2019 | Partager
    4,8 millions de tonnes consommées à fin avril
    Hausse de 5,9% des ventes
    consommation_028.jpg

    Les ventes de ciment ont réalisé une hausse de 5,9% en avril pour atteindre 4,8 millions de tonnes

    Les principaux indicateurs du secteur du BTP enregistrent une évolution favorable au terme des quatre premiers mois de 2019. 4,8 millions de tonnes de ciment sont consommées à fin avril, soit une hausse d’environ 6% par rapport à la même période de l’an dernier. Les signaux sont donc au vert chez les cimentiers dont les indicateurs poursuivent pour le 4e mois un trend ascendant.

    D’après les derniers chiffres publiés par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), la consommation de ciment a augmenté de 5,9% à fin avril après deux années consécutives de recul: -5,5% à fin avril 2018 et -5,3% à fin avril 2017. Toutefois, cette évolution globale ne témoigne pas forcément de la reprise du secteur du BTP. Le cycle baissier guette toujours le marché, tant que le secteur immobilier n’aura pas émis des signaux de relance.

    A lui seul, l’immobilier (logement) consomme 75 à 80% de la demande. L’investissement public a contribué à cette amélioration. A l’origine de cette hausse, les chantiers publics (voiries, ouvrages d’art, réhabilitations de centres urbains…). Plusieurs chantiers d’infrastructure de référence ont été achevés.

    Par ailleurs, le démarrage de plusieurs chantiers annonce une bonne année pour les cimentiers: la tour BMCE à Rabat, dont les travaux de fondation ont démarré début janvier, le port de Nador West Med, les barrages Khartoub à Larache, Ghiss à Al Hoceïma, Kaddoussa à Errachidia, ou encore celui de Tidès dans la région de Khémisset et de Mdez à Sefrou, la station de dessalement d’Agadir, les trémies des boulevards Les Almohades, Sidi Mohammed Ben Abdellah et Zaid ou Hmed et débouchant sur l’avenue des FAR, la trémie de Ghandi...

    Côté financement des opérations immobilières, le rythme de progression des crédits à l’immobilier s’est amélioré, se situant à +3,6% à fin mars 2019, contre +3,4% à fin mars 2018, pour atteindre 269 milliards de DH. Cette évolution incorpore une accélération de la croissance des crédits à l’habitat à +5,6%, après +3,7% un an auparavant, allégée par le retrait des crédits accordés à la promotion immobilière de 2,6%.

    L’optimisme devrait toutefois être tempéré. Au vu de l’historique de l’évolution mensuelle de la demande de ciment, les retombées de la saisonnalité (effets des fêtes religieuses et de la pluviométrie des derniers mois de l’année) peuvent impacter fortement le comportement à venir de la demande. «On pourrait envisager une fourchette entre un taux pessimiste de 0% et un scénario optimiste avec un taux de progression de 3% globalement sur l’année», analyse Bouchra Ghiati, directrice déléguée de l’APC.

    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc