×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Ouvrières marocaines en Espagne: Un retour au pays pris en charge

    Par L'Economiste | Edition N°:5498 Le 18/04/2019 | Partager
    ouvrieres-marocaines-098.jpg

    Le ministère du travail marocain, qui doit normalement assurer la défense de ses citoyens, se doit de veiller au retour de ces personnes exploitées et violées en Espagne. Le code du travail ne dit-il pas que l’entité qui avait engagé des employés pour l’étranger devra prendre en charge leurs soins et leur retour au pays ? C’est une loi claire et il appartient aux responsables politiques de l’appliquer.
    BS

                                                                             

    Hausse des salaires: Enfin du concret!

    retraites_098.jpg

    Le ministère de l’intérieur vient d’annoncer la nouvelle offre du gouvernement concernant la hausse des salaires des fonctionnaires. Une décision qui ne satisfait pourtant pas nos lecteurs, lesquels s’interrogent sur le sort des citoyens sans emploi. (cf. notre édition du 10/04/2019) 

    ■ Quid des non fonctionnaires?
    Et qu’en est-il pour les autres ? Je parle bien entendu des non fonctionnaires et des non salariés qui n’assurent aucun revenu minimum ! Cette catégorie n’a pas le droit aux allocations familiales ni à la couverture médicale, et encore moins à la retraite. N’ont-ils pas le droit à une vie digne et à la sécurité sociale? Comment peut-on songer à développer notre pays et notre économie sans valoriser toutes les catégories de la population?
    Khalid

    ■ Et les retraités dans tout cela?
    Est-ce que les retraités sont considérés comme des citoyens marocains ? Ont-ils les mêmes droits et devoirs que ceux qui occupent un emploi ? Comment se fait-il qu’à la fin de sa carrière, le retraité soit écarté de toute revalorisation concernant sa maigre retraite ? Pourtant, ce dernier est exposé à toutes sortes de maladies et de contraintes dues à la vieillesse ! Difficile de vieillir dans ce pays, surnommé pourtant le plus beau pays du monde…
    Jamal

                                                                             

    Retour au GMT: Les horaires à nouveau chamboulés!

    heure-gmt-098.jpg

    ■ Une journée avant le mois sacré
    Le gouvernement procède à ce changement la veille même du début du mois sacré, soit une journée avant exactement !  Le peuple, entièrement contre cette heure d’été, n’aurait pas réagi si cette décision avait été avancée d’une semaine… Tout ceci démontre que nos dirigeants ne se soucient pas de la volonté du people. Bravo !
    Marocaine libre

    ■ Décaler les horaires de travail à la place
    Je pense qu’au lieu de chambouler une nouvelle fois ces horaires qui auront un impact négatif sur la santé des citoyens, il aurait fallu décaler d’une heure le travail journalier... Ce qui reviendrait au même sans avoir à toucher aux montres. Les fonctionnaires débuteraient leur journée à 10h GMT+1 au lieu d’avancer les horloges.
    Bouchaib

                                                                             

    Impôts locaux: C’est le bazar!

    impot_locaux_098.jpg

    ■ Les classes moyennes premières à être touchées !
    Les classes moyennes sont les plus touchées par la retenue à la source de l’impôt sur le revenu. Encore une fois, les taux et les tranches doivent être revus pour rendre justice à ces «parents pauvres» du système fiscal marocain, particulièrement inéquitable ! Les pouvoirs publics trouvent-ils normal que les salariés, fonctionnaires et retraités contribuent à hauteur de 75% au titre de l’IR? Par ailleurs, vu la défaillance avérée du système de l’enseignement public, les parents n’ont pas d’autre choix que d’inscrire leurs enfants dans des institutions payantes, d’où nécessité absolue de déduire de la base imposable à l’IR les frais de scolarité engagés par les parents contribuables. Une question d’ailleurs restée sans prise de décision concrète à l’occasion de la conclusion du dernier accord entre le gouvernement et les syndicats.
    Veilleur

    ■ Réduisons la pressionfiscale!
    Ce grand bazar a  déjà été décrié par le Cercle des Fiscalistes Marocains ! En réalité, il n’y a pas que la fiscalité locale qui doit être revue. D’autres impôts injustes et inéquitables, tels que l’IR, doivent subir une refonte totale pour réduire la pression fiscale subie par certains contribuables et élargir l’assiette à d’autres par l’exploration de nouvelles niches.
    Veilleur

    cari_cl_098.jpg

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc