×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Des tuyaux sur le journalisme outre-Atlantique

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5481 Le 26/03/2019 | Partager
    Une pointure de Thomson Reuters partage son expérience
    Les étudiants de l’ESJC initiés aux codes rédactionnels US
    arlene_getz_081.jpg

    Arlene Getz jouit d’une longue expérience dans les médias internationaux. Actuellement directrice de rédaction en charge de l’information digitale au sein de l’agence de presse canado-britannique Thomson Reuters, elle a occupé auparavant les postes stratégiques de directrice de rédaction chargée des médias dans le même organisme et de directrice de rédaction pour les éditions spéciales mondiales pour le magazine d’actualité américain Newsweek (Ph. Fadwa Al Nasser)

    Transmettre aux étudiants en journalisme les méthodes utilisées par les plus grandes agences de presse américaine. C’est dans cette optique que l’Ecole supérieure de journalisme et de communication (ESJC) du groupe Eco-Médias a reçu mercredi 20 mars Arlene Getz, la directrice de rédaction en charge de l’information digitale de Thomson Reuters.

    Une rencontre qui a captivé des étudiants étonnement anglophones! Beaucoup d’entre eux sont intéressés par une carrière aux Etats-Unis. Près d’une trentaine de «journalistes en herbe» ont bénéficié des conseils rédactionnels de l’experte américaine.

    Pour les mettre dans le bain, un atelier d’écriture leur a été proposé afin de plancher sur des sujets qui intéressent le lectorat marocain. Ces jeunes étudiants urbains ont puisé dans leur vécu. Ils ont pu ainsi faire l’ébauche d’un article avant de le présenter à leurs camarades.

    Objectif pour les apprentis journalistes,  organisation, clarté et originalité du traitement. Les étudiants ont eu droit à une attestation de formation délivrée par l’ambassade américaine au Maroc, partenaire de l’évènement.

    La spécialiste a ainsi révélé aux étudiants des méthodes venues tout droit des USA pour rédiger des écrits d’analyse de qualité, susceptibles d’intéresser le lectorat. Parmi ces derniers notamment, le pitch. Une synthèse à présenter au rédacteur en chef qui résume l’angle principal de l’article en quelques lignes.

    conference-esjc-etudiants-081.jpg

    L’ESJC a récemment abrité une conférence-atelier animée par l’experte américaine en matière de journalisme, Arlene Getz. La spécialiste a notamment révélé aux étudiants les méthodes utilisées par les plus grandes agences de presse telles que le nut graf ou encore le pitch. Des outils qu’ils ont directement pu mettre en pratique au sein d’un workshop (Ph. Fadwa Al Nasser)

    «Il est essentiel de coucher sur papier une première ébauche de l’article avant même de passer à l’étape de rédaction. Ces quelques lignes sont cruciales pour que le rédacteur en chef puisse juger de l’intérêt du sujet et le valider», confie Arlene Getz. Autre outil stratégique à adopter, le «nut graf» - littéralement paragraphe noyau - qui apparaît en début du papier et présente les idées principales qui seront développées dans l’article comme le ferait une bande-annonce pour un film.

    «Une technique percutante pour happer le lecteur et le convaincre de lire la suite», précise l’experte. Dans la même veine, la spécialiste a également insisté sur l’importance de soigner son «lead» ou premier paragraphe. Getz encourage également le recours à des phrases courtes. Le «right to the point» se base sur un langage simple et accessible tout en entrant directement dans le vif du sujet.

    Témoignage d’une professionnelle  

    Arlene Getz est la directrice de rédaction en charge de l’information digitale de Thomson Reuters. Son témoignage sur la situation du journalisme aux Etats-Unis s’appuie sur un vécu. «Notre profession bénéficie d’une importante liberté d’expression et de la facilité d’accès à l’information», selon l’invitée de l’ESJC.  
    Néanmoins, «les rédactions souffrent de sous-effectif et de la méfiance grandissante de leurs lectorats». C’est du moins les conclusions d’un sondage de la fondation Knight et Gallup réalisé en  2018. Une partie des Américains  déclare «avoir perdu confiance dans les médias». Près de la moitié des personnes sondées pointent du doigt «l’inexactitude, la hausse des «fake news» et le manque de neutralité des journalistes». A cela s’ajoutent «le sensationnalisme et le matraquage publicitaire et qui menaceraient un secteur où l’éthique a un rôle fondamental».

    Karim AGOUMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc