×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Chaises musicales à l’administration territoriale

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5457 Le 20/02/2019 | Partager
    Yacoubi remplace Mhidia à Rabat. Ce dernier rejoint Tanger
    Baptême de feu pour Said Ahmidouch à l’administration locale
    Réforme des CRI, charte de déconcentration… les chantiers prioritaires

    Comme nous l’avons annoncé dans notre édition du 11 février dernier, plusieurs walis ont été désignés lors du dernier Conseil des ministres, tenu à Marrakech.

    S’il s’agit d’un redéploiement des troupes pour la plupart de ces responsables de l’administration territoriale, certains d’entre eux occupent ce poste pour la première fois. C’est le cas notamment de Said Ahmidouch, qui assurait jusque-là la direction de la CNSS. Globalement, les 6 walis et 15 gouverneurs, reçus en audience royale, lundi dernier, ont été nommés dans un contexte marqué par les transformations en cours au niveau local.

    Les walis auront un rôle décisif en matière de mise en œuvre de la réforme des Centres régionaux des investissements, adoptée il y a quelques semaines. Les conseils d’administrations, qui devront gérer le nouveau format des CRI, seront présidés par les walis des régions.

    Autre chantier de taille sur lequel les responsables de l’administration territoriale sont attendus: l’implémentation de la Charte de déconcentration. Dans la nouvelle configuration, le wali est «le chef d’orchestre» au niveau local.

    La charte de déconcentration met l’accent sur «la région comme espace pertinent pour la mise en œuvre des politiques publiques». D’où l’importance des profils choisis pour occuper ce poste stratégique, surtout dans les régions où les déficits sont encore importants.

    La liste des nouveaux walis et gouverneurs, publiée à l’issue de l’audience royale, est composée de profils ayant fait leurs preuves dans plusieurs postes de responsabilité au niveau local, à l’instar de Mohamed Yacoubi, qui quitte le Nord pour rejoindre Rabat, de Abdeslam Bekrate, qui a été nommé wali de la région Laâyoune Sakia El Hamra. 

                                                                     

    ■ Mohamed Yacoubi: Au cœur des chantiers de Rabat «ville des lumières»

    mohamed_yacoubi_057.jpg

     

    C’est l’une des figures très visibles durant les événements d’Al Hoceima. L’ex-wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima s’est distingué par son dynamisme et son implication sur le terrain pour éviter les débordements, durant la période de tension dans cette ville. Mohamed Yacoubi, qui remplace Mohamed Mhidia à la tête de la région de Rabat Salé Kénitra, est attendu pour donner un coup de fouet aux chantiers lancés, dont le grand projet «Rabat ville des lumières». Le nouveau wali, également gouverneur de la préfecture de Rabat, est natif de Berkane. Il est diplômé de l’Ecole Hassania des travaux publics. Après une carrière au département de l’Equipement, notamment en tant que directeur de plusieurs ports, dont celui d’Agadir et de Laâyoune, Yacoubi rejoint le ministère de l’Intérieur en tant que directeur du CRI de Doukkala Abda. Il accède à l’administration territoriale en 2005, suite à sa nomination en tant que gouverneur de la préfecture de Mdiq Fnidq, puis wali de Tétouan en 2010.

                                                                     

    ■ Said Ahmidouch: Mission, sauver Casablanca

    said_ahmidouch_057.jpg

     

    Les Casablancais semblent ravis de la nomination de Said Ahmidouch à la tête de la wilaya de la région. L’ex patron de la CNSS a réussi à restructurer et assainir cette institution, en plus d’améliorer sa perception par les usagers. Aujourd’hui, il devra remettre de l’ordre dans les chantiers de cette région, surtout après le mandat en demi-teinte de Abdelkebir Zahoud.
    Le nouveau wali est également attendu sur un autre dossier décisif: mettre la pression sur le conseil de la ville, présidé par le PJD, pour améliorer ses performances. Les citoyens sont remontés contre la gestion catastrophique de certains dossiers par le Conseil de la ville, comme en témoigne la dernière crise des transports en commun à Casablanca. Ce natif de Nador est lauréat de l’Ecole des Mines de Paris. Il a occupé plusieurs fonctions dans le privé, notamment dans le secteur des assurances, avant d’être nommé en 2005, président du directoire de la Bourse de Casablanca, puis DG de la CNSS.

                                                                     

    ■ Mohamed Mhidia remplace Yacoubi à Tanger

    mohamed_mhidia_057.jpg

     

    Ex-wali de Rabat Salé Kenitra, Mohamed Mhidia rejoint le Nord pour remplacer Mohamed Yacoubi à la tête de la région de Tanger Tétouan Al Hoceima. Mhidia, qui a démarré sa carrière au ministère de l’Equipement, a rejoint l’administration territoriale en 2002, en tant que gouverneur de la préfecture de Skhirate Témara. Il a assuré la gestion de plusieurs provinces et de wilayas, dont celle de Marrakech Tensift Al Haouz et celle de l’Oriental.

                                                                     

    ■ Abdeslam Bekrate à Laâyoune

    abdeslam_bekrate_057.jpg

     

    Pur produit du ministère de l’Intérieur, Abdeslam Bekrate est chargé de nouvelles missions à la tête de la wilaya de Laâyoune Sakia El Hamra. Ce lauréat de l’Institut royal de l’administration territoriale rejoint cette région dans un contexte marqué par la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud. L’ancien wali de Beni Mellal Khénifra était également l’une des chevilles ouvrières de la COP22, organisée à Marrakech. Il était chargé du pôle de la logistique et de la sécurité au sein du comité national d’organisation, avant d’être rattaché à l’administration centrale en juillet 2017.

                                                                     

    ■ Yahdih Bouchaab: Un diplomate à Errachidia

    Yahdih Bouchaab, ex-wali de la région de Laâyoune Sakia El Hamra, rejoint la région de Drâa Tafilalet. Ce natif de Guelmim a démarré sa carrière à l’administration territoriale dans les provinces du Sud, notamment en tant que caïd d’annexe administrative à la province de Laâyoune en 1994, avant de rejoindre la diplomatie officielle. Bouchaab a été d’abord conseiller des affaires étrangères à l’ambassade du Maroc à Londres, avant d’être nommé ambassadeur, notamment en Norvège, en Finlande, en Suède, en Lettonie… En 2014, il est rappelé pour occuper de nouvelles responsabilités dans l’administration territoriale, en tant que wali de la région de Laayoune Boujdour Sakia Al Hamra.

    ■ Khatib El Hebil: De Settat à Beni Mellal

    Khatib El Hebil vient d’être nommé wali de la région de Beni Mellal Khénifra. Cet ingénieur d’Etat en génie civil a assuré plusieurs fonctions dans le secteur de l’habitat, notamment en tant que directeur de l’ERAC dans plusieurs régions. El Hebil connaît les enjeux au niveau de la région de Beni Mellal Khénifra, où il avait assuré le poste de délégué régional de l’habitat. L’ex gouverneur de Settat est attendu actuellement sur plusieurs chantiers dans cette zone, qui souffre encore de plusieurs déficits.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc