Entreprises

L’ONEE s’adapte à la montée des EnR

Par Nadia DREF | Edition N°:5439 Le 25/01/2019 | Partager
Deux centrales thermiques inaugurées en 2018
6,25 milliards de DH d’investissements prévus
Priorités: Augmentation de la capacité, extension des réseaux…
onee_enr_039.jpg

D’ici 2030, le Maroc devra abandonner le fuel. Une action favorisée par la montée en puissance des EnR dans le mix électrique

Extension, construction, mise en service de centrales, développement du réseau… L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), bras armé de l’Etat, poursuit ses chantiers. Cette année, l’Office devra investir 6,25 milliards de DH contre 4,54 milliards de DH en 2018.

Cette enveloppe servira à financer les multiples projets couvrant la production, le transport, la distribution...  Côté production, les investissements prévus concernent l’extension de la centrale diesel (2 x 11MW) de Dakhla ainsi que la mise en service des centrales Erfoud (40 MW), Missour (40 MW) et Zagora (40 MW) entrant dans le cadre du Projet solaire Noor PV Tafilalt (120 MW).

Egalement au programme, le lancement du parc éolien de l’Oualidia (36 MW), la poursuite des travaux de construction de la STEP Abdelmoumen (350 MW), le démarrage des études pour les projets des STEP El Menzel (300 MW) et Ifahsa (300 MW).

«Le secteur électrique est confronté à plusieurs défis, en particulier l’adéquation offre-demande, sachant que la demande en électricité poursuivra son rythme de croissance. Ce qui nécessite la réalisation de nouvelles capacités de production pour satisfaire cette demande et fournir une marge de réserve confortable», précise Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable.

Le développement du réseau de transport est également une priorité pour l’ONEE. 2019 sera marquée par le raccordement de la ville de Dakhla au réseau (ligne 400 kV Boujdour - Dakhla de 255 km et poste 225/60 kV de Dakhla de 2 x 100 MVA). Une ligne q ui servira au développement des provinces du Sud et au raccordement des EnR dans cette région.

S’y ajoute le renforcement du réseau sud 400 kV par une 2e artère entre Agadir -Tan Tan-Laâyoune (environ 600 km). Autre chantier: le renforcement du réseau centre 400 kV entre Chémaia et Mediouna ainsi que la création d’une injection 400/225kV à Laâwamer. Egalement dans le pipe, l’étude de renforcement du réseau sud par la technologie HVDC en vue de l’intégration massive des EnR.

L’enjeu est de taille: le réseau électrique doit être développé et modernisé pour augmenter sa capacité d’accueil des projets renouvelables pour transférer l’énergie produite au niveau des centrales électriques, l’injecter dans le réseau national dans les meilleures conditions techniques et ensuite l’acheminer jusqu’aux centres de consommation.

Côté réalisations, l’année 2018 a été marquée par l’achèvement et l’exploitation de plusieurs ouvrages. La centrale thermique de Safi a été réalisée et exploitée dans le cadre de la production privée par la société Safi Energy Company (Safiec). Elle est composée de deux unités d’une puissance installée totale de 1.386 MW.

Elle peut satisfaire jusqu’à 25% de la demande électrique nationale. Sa mise en exploitation commerciale a été lancée le 8 décembre 2018.  «C’est la première centrale thermique de type ultra-supercritique en Afrique ayant un rendement énergétique plus élevé et une empreinte environnementale plus réduite», souligne le management.

La centrale thermique de Jerada a également été mise en service en 2018. Il s’agit d’une nouvelle unité de 350 MW. D’autres projets ont été réalisés dont le projet éolien d’Aftissat (200 MW),  les nouvelles extensions des centrales de Laâyoune (4 groupes diesel d’une puissance unitaire de 18 MW) et de Dakhla (2 groupes diesel d’une puissance unitaire de 11 MW, 1er couplage) ou encore le renforcement de la puissance installée de celle de Boujdour. 2018 a également connu le démarrage des travaux de construction de la STEP Abdelmoumen et de Noor Tafilalt (120 MW). L’Office a aussi poursuivi le programme de maintenance des unités de production.

Plus de 6 millions de clients

Le taux d’électrification rurale a atteint 99,63% à fin 2018. Ce programme a bénéficié à 12,78 millions de personnes. Le budget d’investissement alloué au PERG est de 24,1 milliards de DH. Pour ce qui est de la capacité électrique installée, elle s’est élevée à 10.937,8 MW, en progression de 24% par rapport à 2017. Le chiffre d’affaires réalisé l’an dernier s’est hissé à 37 milliards de DH. Les ventes totales cumulées à fin 2018 ont atteint environ 31.500 GWh. Pour ce qui est de l’énergie appelée, elle a représenté 37,9 tWh. Quant au nombre de clients de l’Office, il a dépassé les 6 millions, enregistrant un taux d’accroissement de 4%, soit 233.400 nouveaux clients. Il est composé à hauteur de 55,3% de ruraux  et 44,7% d’urbains. Les lignes transport ont totalisé 26.651 km tandis que le réseau de distribution a cumulé 328.138 km.

Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc