×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Les ambitions de Naps pour le paiement électronique

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5439 Le 25/01/2019 | Partager
    La filiale de M2M Group veut en développer l’usage
    Elle envisage de faire du réseau d’acceptation un véritable écosystème
    Cela passera par l’équipement d’un maximum de commerçants de TPE

    Naps passe à une étape supérieure de son développement. Comme nous l’annoncions dans notre édition du 24 janvier, la filiale de M2M Group complète son offre de solutions d’acceptation des moyens de paiement électronique sécurisé, avec l’ouverture de sa plateforme e-commerce à l’ensemble des opérateurs du commerce de biens et de services.

    Celle-ci se veut robuste et totalement sécurisée puisqu’elle a été certifiée par Visa et Mastercard en conformité aux plus hauts standards mondiaux 3D-Secure et PCI DSS. Elle propose un certain nombre «d’avantages et services exclusifs», parmi lesquels le paiement embarqué qui garantit un parcours sans rupture jusqu’à la finalisation de la vente en ligne, le paiement immersif via la personnalisation ou encore le paiement One-to-One via mail et sms. Il y a également le paiement n-fois pour gérer les paiements des avances et les paiements récurrents.

    A cela s’ajoutent d’autres fonctionnalités innovantes intégrées comme  le tracking des paniers abandonnés, la notation dynamique des commerçants affiliés, les outils d’analyse du comportement de navigation et d’achat en ligne ou encore la détection prédictive des tentatives de fraude en temps réel. L’innovation est justement l’un des piliers stratégiques de Naps.

    La fintech entend, comme le confie à L’Economiste son management, «œuvrer pour opérer un véritable changement de culture». Elle ne se pose pas comme alternative au Centre monétique interbancaire. «Notre vision est que les deux opérateurs portent les usages du paiement électronique Maroc au niveau de qualité, de volume et de pénétration atteint dans des marchés mondiaux de référence comme les pays scandinaves, la Turquie, l’Inde ou le Brésil», souligne le management.

    Naps veut que «les commerçants perçoivent le paiement électronique en tant que levier de croissance pour digitaliser leur gestion» et ainsi devenir «des ambassadeurs de la stratégie nationale de dématérialisation du cash et de développement des services numériques». L’objectif est que le réseau d’acceptation des cartes de paiement devienne un véritable écosystème de services numériques de proximité à travers des terminaux multi-services.

    En attendant, le taux d’équipement en terminaux de paiement (TPEs) reste faible actuellement puisque l’on compte à peine 48.000 points de vente équipés. Ce qui représente seulement 2,3% du total des commerces patentés au Maroc. A l’international, ce ratio atteint 78% au Canada, 63% aux Etats-Unis, 54% en Inde et 37% en Turquie. Pire, sur ce total, pas plus de 29.000 terminaux sont actifs au paiement.

    Même constat pour le nombre de terminaux qui se limite au Maroc à 547 par million d’habitants, alors qu’il est de 33.000 au Brésil, de 14.000 en Turquie et de 7.000 en Inde. En tant que nouvel acquéreur monétique de la place, Naps tend à réduire ces gaps.

    Elle a affilié plus de 1.000 commerçants opérant dans divers secteurs du commerce, du tourisme, du transport et des services. Suivront 10.000 nouveaux TPE qui viendront équiper les institutions avec lesquelles Naps a conclu des partenariats. La société prévoit aussi d’équiper plus de 12.000 points de services sur les mois à venir.

    Vision 2021

    Naps affiche ses ambitions pour les 3 années à venir. Elle envisage, en matière d’acquisition TPE, d’atteindre 158.000 points d’acceptation dont 80.000 dans les commerces et services de proximité. L’objectif est de traiter 18 millions de transactions de paiement et 7 milliards de DH par an. Pour ce qui est de l’acquisition e-commerce, le but est d’atteindre une communauté de 3.000 e-commerçants générant un volume annuel de 3 milliards de DH et un nombre de 15 millions de transactions. Cela passera par l’introduction d’une nouvelle génération de services dématérialisés dans les domaines de l’eGov, du transport public et du tourisme. Mais aussi de recruter massivement de nouveaux commerçants (petite et moyenne taille).

    Moulay Ahmed BELGHITI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc