×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Intégration des migrants: Les pistes de l’OCDE

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5432 Le 16/01/2019 | Partager
    Elle passe d’abord par une meilleure coordination des différents acteurs
    Puis, les aider à trouver un emploi et à le garder

    Les pays devraient renforcer leur coopération et l’échange d’information pour pouvoir faire face aux afflux de migrants humanitaires, recommande une nouvelle étude de l’OCDE(1). De mi-2013 à mi-2017, la population de réfugiés dans les pays de l'OCDE a triplé, passant de 2 millions à 5,9 millions. Les pays européens ont reçu 4 millions de demandes d'asile entre janvier 2014 et décembre 2017, soit trois fois plus qu'au cours des quatre années précédentes.

    D’ici la fin de l’année 2020, les réfugiés récents auront contribué à faire progresser la population en âge de travailler de 0,3% dans les pays européens. Mais ils ont plus de mal que les autres groupes d’immigrés à s’intégrer sur le marché du travail, en raison de niveaux d’instruction plus faibles et d’un passage plus lent à l’emploi.

    Dans certains pays, les conséquences seront plus visibles. En Autriche, en Grèce et en Suède, les réfugiés récents auront augmenté la main-d’œuvre de 0,5%, et de 0,8% en Allemagne. En Turquie, les réfugiés syriens représentent déjà 3% environ de la population en âge de travailler. «L’intégration représente un défi plus grand que les difficultés liées à l’admission initiale des réfugiés et des autres migrants vulnérables», selon Ulrik Vestergaard Knudsen, Secrétaire général adjoint de l'OCDE.

    A partir des recommandations du Pacte mondial sur les réfugiés (approuvé en décembre par 181 pays) et des travaux de l’OCDE, l’étude recense un certain nombre de mesures visant à améliorer l’intégration:

    Renforcer la coopération et la collaboration à l’échelle internationale. La coordination avec les acteurs de l'aide humanitaire, du développement et de la paix dans les pays en développement d’accueil (qui abritent 85% des réfugiés dans le monde) est également essentielle.

    Intensifier les efforts pour aider les réfugiés et les autres migrants vulnérables à trouver un emploi et à le garder. Il faut pour cela renforcer la transparence et la simplicité des voies d’accès à l’emploi, rationaliser l’aide dans ce sens et développer la reconnaissance des compétences et les cours de langue.

    Travailler plus étroitement avec les multiples parties prenantes concernées par l’intégration des migrants, y compris la société civile, le secteur privé, les partenaires sociaux et les organismes publics infranationaux. Les employeurs ont un rôle essentiel à jouer.

    Il est question aussi de mettre en place un plan d’intégration à long terme précis et comprenant des dispositions sur le retour dans le pays d’origine s’il y a lieu. Comme il convient d’établir un plan de crise identifiant les partenaires, les circuits de communication et les responsabilités face aux afflux massifs de personnes cherchant protection.

    Ce que recommande le HCR

    Lors de sa récente visite en Egypte, le Haut Commissaire aux réfugiés des Nations unies Filippo Grandi a plaidé pour que le continent africain obtienne davantage de ressources pour l'aide aux réfugiés en 2019. Le responsable onusien a rappelé que «85% des 68 millions de déplacés et réfugiés dans le monde ne vivent pas dans les pays du Nord, mais dans les pays du Sud». L'Egypte accueille près de 250.000 réfugiés enregistrés selon le HCR (dont plus de la moitié en provenance de Syrie). Ce sont près de 50.000 réfugiés syriens qui avaient regagné leur pays en 2018.

    F. Z. T.

    ----------------------------------------------

    (1) «Prêt à aider? Améliorer la résilience des systèmes d'intégration pour les réfugiés et autres migrants vulnérables».

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc