×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Encore un shutdown aux Etats-Unis

    Par L'Economiste | Edition N°:5418 Le 24/12/2018 | Partager
    Le mur de Donald Trump à l’origine du blocage budgétaire
    Il intervient au lendemain de la démission du ministre de la Défense
    mur-de-donald-trump-018.jpg

    Le mur de Donald Trump à la frontière mexicaine provoque un nouveau shutdown.  Les démocrates ont refusé d’allouer une enveloppe de 5 milliards de dollars au gouvernement pour le financer (Ph. AFP)

    Après l’échec des discussions entre le Congrès et la Maison Blanche sur le budget et le financement du mur à la frontière mexicaine voulu par Donald Trump, les Etats-Unis sont entrés en période de shutdown. Depuis samedi 22 décembre certaines administrations fédérales américaines sont donc paralysées.  Faute de financement du Congrès,  environ 800.000 fonctionnaires se retrouvent en congé sans solde.

    Seuls ceux  relevant des services jugés essentiels sont forcés de travailler sans être payés alors que la période des fêtes bat son plein. Ils recevront leur salaire une fois le budget voté. Ce  shutdown  affecte des ministères importants comme la Sécurité intérieure, la Justice, le Commerce, les Transports et le Trésor ou l’Intérieur. 

    Donald Trump, qui a fait de la lutte contre l’immigration clandestine son cheval de bataille, avait fait savoir qu’il n’apposerait pas sa signature sur une loi budgétaire ne comprenant pas une enveloppe de 5 milliards de dollars pour payer le mur. L’opposition démocrate propose une allocation de 1,3 milliard de dollars pour l’amélioration de la sécurité aux frontières.

    «Nous négocions avec les démocrates sur la sécurité aux frontières dont nous avons absolument besoin (gangs, drogues, trafic d’êtres humains et plus) mais ça pourrait durer longtemps», avait prévenu le président américain, qui a différé son départ en vacances en Floride.

    Le patron des sénateurs démocrates Chuck Schumer a rendu l’occupant de la Maison Blanche responsable de la situation: «si vous voulez ouvrir le gouvernement, abandonnez le mur, purement et simplement». Il a critiqué cette barrière «chère, inefficace dont la majorité des Américains ne veulent pas».

    La majorité républicaine avait approuvé, jeudi soir, un nouveau texte allant dans le sens des exigences du président. Mais, au Sénat Trump ne dispose que d’une majorité de 51 sièges sur 100. Il se heurte donc à la majorité des 60 voix nécessaires pour l’adoption d’une loi budgétaire.

    Ce blocage budgétaire est le troisième de l’année. Début 2018, les Etats-Unis en ont connu deux en l’espace de trois semaines. Fin  janvier 2018, un an jour pour jour après l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, il avait duré trois jours.

    En février 2018, il avait duré moins de six heures. Cette fois, il intervient dans un contexte tendu avec l’annonce présidentielle du retrait des troupes américaines de Syrie. Une décision qui a provoqué les démissions du ministre de la Défense Jim Mattis et de l’émissaire pour la coalition internationale antijihadiste Brett McGurk.

    K. M. avec agences

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc