Entreprises

INPT: Le cursus se digitalise dès la rentrée

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5332 Le 09/08/2018 | Partager
Ouverture de 7 nouvelles filières métiers en septembre prochain
Le nouveau positionnement est le fruit de l’initiative «Go Digital By INPT»
inpt-032.jpg

L’INPT lance 7 nouvelles filières dès la rentrée prochaine. Organisées sur 3 ans, l’ouverture de ces filières est une opportunité pour le développement de l’écosystème digital au Maroc (Ph.INPT)

L’INPT se repositionne dans le domaine du numérique et le développement de l’écosystème digital. «Nous avons mis à plat l’ensemble des contenus des formations en concertation avec le corps professoral qui a adhéré au principe, de façon à mieux coller aux attentes du marché et de l’évolution des technologies. L’enjeu étant d’apporter des réponses adaptées aux besoins du marché de l’emploi en ingénierie ou encore limiter les départs des lauréats à l’étranger», soutient un cadre dirigeant à l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT). Ce nouveau positionnement a été validé par le conseil d’administration de l’agence.

La nouvelle orientation se concrétisera dès le 17 septembre prochain, date de la rentrée universitaire, pour les 21 élèves ingénieurs admis en 1re année de son cycle d’ingénieurs d’Etat au titre de l’année universitaire 2018-2019. Les admis pourront s’orienter vers 7 nouvelles filières d’ingénieurs spécialisés: ingénierie des sciences de données (Data Engineer), ingénierie en cybersécurité et confiance numérique ou encore en développement de services numériques.

Les futurs lauréats pourront également s’orienter en ingénierie smart information & communication technology engineering (ICT), ingénierie des systèmes ubiquitaires et distribués (ingénieur Cloud et IoT). L’école forme également des ingénieurs entrepreneurs (filière ingénierie en innovation et AMOA).

L’ingénierie des systèmes embarqués et services numériques est la septième filière qui vient compléter les cursus. Chaque filière sera composée de 30 à 40 étudiants, «ce qui permettra de garantir une bonne qualité des formations offertes», explique-t-on auprès de l’INPT.

Le repositionnement est le fruit de diagnostics internes, d’entretiens avec les acteurs externes et d’une trentaine d’ateliers de travail tenus tout au long de l’année 2017. La mise en place des nouvelles filières, toutes accréditées en juin 2018, s’est faite à l’issue d’un travail collégial de l’ensemble du corps enseignant mené entre novembre 2017 et mars 2018.

L’objectif étant d’identifier les axes d’amélioration et d’établir une analyse prospective approfondie sur les besoins des entreprises marocaines tenant compte des tendances technologiques à venir et des stratégies nationales, notamment le Plan Maroc Numeric 2020.

L’enjeu est de taille! Aujourd’hui, les données existent. Elles sont stockées dans plusieurs endroits, parfois inutilisées ou non traitées. Le défi pour l’ensemble des acteurs économiques est de les traiter afin de les rendre plus exploitables, structurées. Plusieurs profils évoluent au cœur de ces enjeux et la demande est mondiale. La digitalisation des services et le déploiement de l’intelligence artificielle nécessitent de nouvelles compétences de qualité qui font encore défaut sur le marché marocain.

Avec la généralisation de l’utilisation de données massives ou «big data», le cabinet McKinsey a identifié 8 secteurs d’activité pour leur maturité au déploiement de l’intelligence artificielle au Maroc: l’assurance, les télécoms, l’industrie automobile, le secteur des énergies, l’agriculture, les banques, l’e-gov et l’auto-entrepreneuriat. Trois parmi eux (banques, assurances, entreprises télécoms) ont déjà implémenté les premiers cas d’usage (cf. L’Economiste édition n°5320 du 23 juillet 2018).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc