Entreprises

Université Euromed de Fès: «Les masters et doctorats, un choix délibéré»

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5328 Le 03/08/2018 | Partager
Formations, filières, infrastructures…tout sur la rentrée 2018-2019
Un statut particulier pour l’université qui rivalise avec la Qaraouiyine
mostapha_bousmina_president_de_luemf_028.jpg

Pour Mostapha Bousmina, président de l’UEMF, «il faut former des cadres de haut niveau et leur offrir des espaces de recherche aussi bien en sciences humaines et sociales qu’en sciences pures et ingénierie. C’est capital pour le développement de notre pays» (Ph. YSA).

Enorme projet que celui de l’Université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF), labellisée par l’Union pour la Méditerranée (UpM) avec le soutien unanime des 43 Etats membres de l’UpM. L’UEMF est fortement impliquée dans la recherche aussi bien en sciences humaines et sociales qu’en sciences pures et ingénierie.

«Nous avons commencé par les masters et les doctorats et nous avons mis en place graduellement les autres formations aux cycles inférieurs. Notre ambition est l’excellence par l’innovation», résume Mostapha Bousmina, président de l’université. Dans cet entretien exclusif, ce dernier met en avant les infrastructures, les formations et le statut particulier de l’UEMF. Décryptage.

- L’Economiste: L’Université Euromed de Fès (UEMF) a commencé ses activités académiques de manière descendante en partant de la recherche et des formations de master et de doctorat. Est-ce un choix délibéré?
- Mostapha Bousmina:
Oui, c’est un choix délibéré, car notre volonté est de mettre en place une université fortement impliquée dans la recherche, mais qui donne aussi une grande importance aux formations de premier cycle. La recherche aussi bien en sciences humaines et sociales qu’en sciences pures et ingénierie est capitale pour le développement de notre pays. Nous avons commencé par les masters et les doctorats et nous avons mis en place graduellement les autres formations aux cycles inférieurs. Nous couvrons actuellement tous les cycles de la formation universitaire: licence et licence professionnelle, formation d’ingénieur, master et doctorat ainsi que les stages pour les post-doctorants. Nos installations de recherche sont de très haut niveau et certains de nos laboratoires sont uniques, comme le laboratoire d’impression 3D. En effet, selon nos collègues français, il n’existe actuellement aucun laboratoire au sein des INSA de France qui est aussi bien équipé que notre laboratoire d’impression 3D. Nos chercheurs ont plusieurs contrats de recherche avec les industries de l’aéronautique, de l’automobile, des énergies renouvelables et de l’environnement. Nous avons aussi plusieurs projets de recherche financés par des sources externes dans le domaine des sciences humaines et sociales comme le patrimoine, les études méditerranéennes et autres.

- La première tranche de votre campus est dotée de la fine pointe de la technologie. Qu’en est-il de la 2e tranche?
- L’Université Euromed de Fès est dotée d’un éco-campus qui s’étale sur une trentaine d’hectares et qui est conçu aux meilleures normes internationales. Il est construit en deux phases. La première tranche de la première phase est déjà livrée et elle est constituée d’infrastructures d’enseignement et de recherche de très haut niveau, des résidences universitaires et des lieux de restauration. La deuxième tranche de la première phase sera livrée au mois d’avril prochain et en même temps nous lançons la deuxième phase au mois de décembre 2018. Les installations du campus dans son ensemble contiennent, en plus de ce que j’ai cité, une grande bibliothèque, sept amphithéâtres avec des capacités d’accueil allant de 140 à 256 places, un centre de conférences avec deux grands amphithéâtres de 500 et de 1.000 places, plusieurs restaurants et cafés, un mini-supermarché, une librairie, un salon de beauté, une agence de voyages, une agence de location de voitures, plusieurs magasins et autres services. Nous construisons aussi un centre sportif doté d’une piscine olympique, d’un stade de foot aux normes Fifa et d’une salle omnisport couverte permettant la pratique de la plupart des sports universitaires collectifs et individuels. Ce centre sportif, qui est ouvert sur la ville, sera aussi utilisé pour organiser des compétitions à l’échelle de l’espace euro-méditerranéen et nous sommes accompagnés pour ce complexe sportif par des professionnels, incluant un champion du monde de judo.  

- Combien avez-vous d’établissements au sein de l’université et quelles sont les filières de formation offertes à la rentrée universitaire 2018-2019?
- Nous avons actuellement trois pôles avec un large éventail de formations: un pôle des humanités avec une faculté des sciences humaines et sociales, un institut des sciences politiques et juridiques et une business school; un pôle d’ingénierie avec une faculté d’ingénierie et trois écoles: l’École d’ingénieurs INSA, l’École de génie civil et l’École d’architecture, de design et d’urbanisme et un pôle santé que nous sommes en train de mettre en place. La plupart de ces formations sont en partenariat avec des institutions de l’espace Euromed. De la France, nous avons le groupe des Écoles d’ingénieurs INSA, l’Université Paris-1-Panthéon Sorbonne, l’Université Paris-3, l’École polytechnique de Paris, l’École des ponts et chaussées et l’Université de Lorraine; de l’Espagne, l’Université polytechnique de Madrid, l’Université  polytechnique de Catalogne (Barcelone), l’Université de Gérone, l’Université de Séville et l’Université de Cordoue; du Portugal, l’Université de Porto, l’Université de Lisbonne, l’Université de Minho et l’Université d’Aveiro; de l’Italie, l’Université de Florence, l’Université de Messina, Polytechnico de Turin et Polytechnico de Milan et de la Tunisie, l’Université Al Manar. Beaucoup de ces partenariats sont avec une double diplomation.   

- Ces formations sont-elles accréditées par le ministère de l’Enseignement supérieur? Les diplômes correspondants sont-ils reconnus par l’État?
- Oui, toutes nos formations sont accréditées par notre ministère et tous nos diplômes sont reconnus par l’État. Par ailleurs, le diplôme d’ingénieur de l’INSA Euro-méditerranée de notre université est reconnu à la fois par le Maroc et par la France. C’est actuellement le seul diplôme du Maroc reconnu par la France.

- L'Université Euromed de Fès (UEMF) a un statut particulier. En quoi est-elle différente sur le plan juridique des autres universités marocaines?
- Actuellement, le paysage universitaire marocain comprend quatre types d’universités, à savoir: les universités publiques, les universités d’utilité publique et à but non lucratif créées sous forme de fondation dans le cadre d’association et de partenariat avec l’État marocain, les universités privées ayant un partenariat avec l’Etat (PPP : partenariat public-privé) et les universités privées sans partenariat avec l’État. L’UEMF fait partie de la deuxième catégorie et c’est la seule université qui a actuellement ce statut.

Des piliers pour former à la citoyenneté

L’objectif de l’UEMF n’est pas de former uniquement des experts dans tel ou tel domaine, mais de former des citoyens qui sont ouverts sur le monde, maîtrisant les langues et les nouvelles technologies et qui sont imprégnés des valeurs universelles de vivre ensemble, de solidarité et de respect de l’environnement. Ces piliers constituent le socle commun à l’ensemble des formations de l’université. Pour rappel, celle-ci propose des cours dans six langues (arabe, anglais, français, espagnol, italien et portugais), avec l’objectif affirmé de développer les échanges entre le nord et le sud de la mer, et de devenir un centre d’excellence pour former les élites de toute la région. La promotion du dialogue se fait également grâce au site électronique consacrant l’échange interculturel et inter-religieux entre les jeunes du Sud et du Nord en continu», indique Bousmina. Il rappelle que l’UEMF est aussi une «Univer-city» qui octroie des bourses aux meilleurs étudiants issus de milieux défavorisés. Elle est également engagée en faveur des populations vulnérables, subsahariens et syriens».

Propos recueillis par Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc