International

Forum de Davos: Merkel et Macron en vedette

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5196 Le 26/01/2018 | Partager
Le Président français réclame un nouveau contrat mondial
La chancelière allemande contre le protectionnisme
Le discours de Donald Trump très attendu
merkel-macron-096.jpg

Croissance, mondialisation, optimisation fiscale... plusieurs dossiers ont été évoqués en marge du Forum de Davos. La France (qui avait l’impôt sur les sociétés le plus élevé d’Europe) devrait revenir à un taux de 25% en 2022, mais la plupart de ses voisins l’ont déjà beaucoup plus réduit (Ph. AFP)

Avec son «France is back», le Président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont vanté au Forum de Davos du 23 au 26 janvier, en Suisse «une mondialisation plus vertueuse». Ces réformes sociales et fiscales, Emmanuel Macron les a présentées en anglais.

Parmi elles, sa réforme du code du travail qui donne plus de place aux accords d’entreprises, la réforme de l’accès à l’université ou encore le plan formation qu’il compte déployer… Avant de passer au français pour réclamer un «nouveau contrat mondial contre une forme de mondialisation vers le bas». Sans quoi, a-t-il averti, «les extrémismes gagneront dans 10 ou 15 ans dans tous les pays». Le président français a par exemple appelé les multinationales à «renoncer à l’optimisation fiscale à tout crin».

Avant lui, et en allemand, Angela Merkel avait déclaré que le «protectionnisme n’était pas la bonne solution aux problèmes du monde». Son message est clair: «Si nous pensons que les choses ne sont pas justes, que les mécanismes ne sont pas réciproques, alors nous devons trouver des solutions multilatérales et non unilatérales», a-t-elle dit.

Cela peut être un appel implicite aux Américains, déjà arrivés en masse à Davos, mais dont le Président Donald Trump ne parlera que cevendredi, dernier jour de l’événement. La chancelière allemande (qui faisait son retour international après des élections peu glorieuses en septembre dernier) a été rappelée aux laborieuses négociations qui l’attendent à Berlin pour constituer un gouvernement de coalition.

A Davos, la Chine a joint sa voix aux chantres du libre-échange et promis d’engager des réformes supplémentaires pour s’ouvrir davantage. «Nous nous élevons contre toutes les formes de protectionnisme (...) L’ouverture est cruciale non seulement pour la Chine, mais pour le monde», a déclaré Liu He, le conseiller économique du Président Xi Jinping.

Ce sont donc bien deux visions du monde qui s’affrontent à Davos, sur fond de reprise économique robuste (le FMI prédit 3,9% en 2018 et 2019 contre 3,7% en 2017).  Face au «nouveau contrat mondial» d’Emmanuel Macron, Donald Trump se fera «le meilleur vendeur» de son programme «L’Amérique d’abord», a dit la Maison-Blanche.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc