×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    «L’investissement sera étudié avec les nouveaux actionnaires»

    Par Safall FALL | Edition N°:5001 Le 12/04/2017 | Partager
    mohamed_didouch_pdg_de_sjl_001.jpg

    Mohamed Didouch, PDG de SJL

    - L’Economiste: Quelles opportunités annonce cette opération pour SJL au Maroc et sur le continent?
    - Mohamed Didouch:
    Ce rachat permettra au groupe SJL de poursuivre le développement de son activité sur deux vastes marchés (Europe & Afrique), en se positionnant aussi bien comme trait d’union entre les deux continents que commeacteur du développement des relations Sud-Sud. En effet, le positionnement stratégique de SJL au Maroc cadre parfaitement avec ses ambitions internationales.

    - Sur quels segments de l’activité comptez-vous vous focaliser à terme?
    - Le plan stratégique d’investissement est actuellement en cours de réévaluation avec les nouveaux actionnaires. Globalement, il prévoit de renforcer et consolider les segments sur lesquels SJL se positionne actuellement comme leader (les métiers mondiaux, notamment l’automobile, le textile et l’agroalimentaire). Il s’agira aussi de développer de nouveaux marchés en Europe et en Afrique (Afrique de l’Ouest d’abord, et l’Afrique centrale dans un second temps). Il sera enfin question de compléter les services offerts par SJL pour proposer des solutions beaucoup plus intégrées et adaptées aux exigences des différents secteurs d’activité.

    - Quelles perspectives de croissance au Maroc et quelle place pour le hub Maroc dans la stratégie Afrique du groupe?
    - Le groupe table sur la combinaison de plusieurs facteurs. Il s’agit d’abord de la conjonction d’une croissance annuelle moyenne de l’économie marocaine de 5% avec le renforcement du partenariat commercial entre le Royaume et l’Union européenne. En Afrique, le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) et son éventuelle intégration régionale au sein de la Cedeao sont aussi des facteurs intéressants. Enfin, l’essor favorable des secteurs à forte valeur ajoutée tels que l’automobile ou l’aéronautique offre d’importantes opportunités de croissance.
    Propos recueillis  par Safall FALL

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc