×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Addoha

Par L'Economiste| Edition N°:2304 Le 23/06/2006 | Partager

Le décompte n’était pas fini, jeudi soir, quand on approchait déjà de 30 milliards! L’offre publique de vente de la société immobilière Addoha aura donc été 10 fois souscrite, au moins. Il faudra quand même un jour faire attention aux «effets leviers» qui peuvent se retourner contre ceux qui les actionnent et briser les poignets imprudents... Mais ne boudons pas les enseignements de notre plaisir: l’opération initiée par Anass Séfrioui, le patron et l’âme de Addoha, était déjà un record par elle-même. Elle dit maintenant que le foncier et l’immobilier peuvent parfaitement être des activités transparentes et modernes… ce qui ne fait évidemment pas les affaires du monde interlope vivant allègrement dans l’illégalité fiscale et sociale: Addoha démontre le contraire de tout ce qui se raconte sur l’impossibilité d’être transparent. Ensuite c’est une entreprise individuelle fondée par une famille et gérée par un homme qui a rencontré un énorme succès en Bourse. Enterrons donc tous les discours contre les entreprises individuelles et familiales: il n’y pas la moindre fatalité à être arriéré quand on est une entreprise individuelle. En revanche, ces entreprises peuvent très bien devenir des géantes et des championnes de leur secteur. Quelle belle revanche de la famille, cette cellule de base de toute organisation sociale! Et enterrons en même temps les idées disant que la Bourse n’est qu’un instrument de riches pour les riches, car les souscripteurs à Addoha ne sont pas que des riches tandis que les bénéficiaires des appartements de l’entreprise, eux, sont les couches moyennes et modestes. Addoha et son extraordinaire succès montrent la voie d’un développement qui se fera de plus en plus en direction de ces couches sociales.Enfin, il y a les effets de proportions: le Maroc a enfin changé d’échelle financière. Il compte enfin en milliards! Il n’y a pas de meilleur indicateur d’accélération de la croissance!Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc