×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

7 vies

Par L'Economiste| Edition N°:1896 Le 12/11/2004 | Partager

La mort d’Arafat montre la force de la vie, la force de sa vie. Résistant, il a résisté même à la mort, tenant le monde en haleine. Il s’est offert le luxe de ravir, par son agonie, la vedette à Bush, qui n’a pas pu savourer tranquillement sa victoire. C’est le dernier pied de nez à l’Amérique, amie de l’ennemi.Il a résisté à Paris comme il avait résisté à Ramallah, à Gaza, au Liban, en Jordanie, à Tunis, à Camp David… Partout, il a essuyé des attaques par avion, par char, par missile. Il s’en est toujours sorti vivant, souriant, levant les doigts en V comme victoire, et ajustant son keffieh. Ses ennemis comme ses rares amis, ont construit une légende autour de ses 7 vies. Et après 40 ans de lutte, il meurt de vieillesse, à Paris, dans un hôpital français… militaire, lui, le “terroriste”. Il reçoit les hommages comme un chef d’Etat, et par ses obsèques, il renforcera, face au monde, l’idée que la Palestine est déjà un Etat de fait.La Palestine n’est pas un Etat de droit, et des analystes diront qu’Arafat est parti avec cet échec. Ils craignent que la situation actuelle ne perdure. Il a fait certes des erreurs politiques, en refusant des propositions de paix, en soutenant Saddam contre les monarchies du Golfe, en couvrant la corruption de l’Autorité, en écartant tout successeur potentiel. Qu’importe pour lui de ne pas arriver. Il a fait du chemin, dans des conditions historiques dramatiques, où le commun des peuples arabes ne pouvait même pas marcher. Lui et les Palestiniens, auxquels il est identifié, formaient un petit peuple par leur nombre, sur une nature pauvre; ils devaient être rayés de la carte, et tomber aux oubliettes de l’Histoire. Ils ont lutté pour exister et imposer leur cause au centre de la politique mondiale. Dans ce contexte, leur leader, Arafat, menait plus qu’un combat politique; il a eu 7 vies, parce qu’il menait un combat de survie.Khalid BELYAZID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc