×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Ordres

Par L'Economiste| Edition N°:1904 Le 26/11/2004 | Partager

Il y a trente ans que cela aurait dû être fait: les notaires se préparent leur ordre professionnel. En principe, dans tous ces métiers foncièrement libéraux, les ordres professionnels sont le meilleur moyen de réguler l’exercice de la profession, d’en surveiller l’accès pour éviter les dérives et protéger les clients.Mais que voit-on sur le terrain, dans la réalité de tous les jours? On est loin de ce portrait idéal. Même dans le cas des ordres dont la gestion est réputée «facile», comme celui des experts-comptables, il y a eu des histoires et des procès, avant d’arriver à un début de régulation. Quant aux ordres des médecins, des architectes…, les plus anciens des ordres professionnels installés au Maroc, en les observant, on hésite entre deux options. On se demande si l’ordre est l’arène où s’affrontent toutes les jalousies personnelles et claniques, ou bien si c’est le meilleur endroit pour étouffer toutes les protestations des clients mécontents! Les ordres deviennent alors une mafia très puissante pour offrir l’immunité à ses membres.Et voilà comment, en une ou deux décennies, une excellente idée s’est fourvoyée, alors qu’on avait essayé de lui donner rigueur et éclat. Dans certaines professions, on est même allé jusqu’à conférer une onction royale au fonctionnement normal de l’ordre. Mais qu’est-ce qu’une poignée de professionnels en ont fait? Ils n’ont rien trouvé de mieux que de prétexter de cette onction pour s’opposer au fonctionnement de l’ordre et interdire le renouvellement des instances dirigeantes! Incroyable mais vrai!L’ordre professionnel est une construction sophistiquée, qui exige de chacun de ses membres, sans exception, un comportement respectueux non seulement de la loi mais aussi de la déontologie du métier et du savoir-vivre professionnel. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’on est encore loin du compte.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc