×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

11 Septembre

Par L'Economiste| Edition N°:1851 Le 10/09/2004 | Partager

Le 11 septembre 2001 fut le jour de l’horreur absolue. Ce jour fut celui qui ébranla le monde. L’objectif des terroristes, et de Ben Laden en particulier, était de provoquer la rupture entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite. Le résultat fut bien plus grave et plus définitif. En fait, la rupture est consommée entre les Etats-Unis et les peuples arabes. La réaction américaine fut la guerre en Afghanistan, l’occupation de l’Irak et un soutien inconditionnel à la politique extrémiste d’Israël. Ben Laden, par son action, a favorisé la montée en puissance des conservateurs extrémistes américains qui, manifestement, se sont installés au pouvoir idéologiquement et politiquement pour longtemps. Un extrémisme en appelle un autre. Le XXIe siècle s’annonce particulièrement dur. Il est difficile d’admettre qu’un individu, ou un groupe, par leur action, aient pu ébranler si fortement l’humanité et qu’ils aient réussi à infléchir le cour de l’histoire. Pourtant, ce fut bien le cas pour notre malheur. Au regard de ce qui se passe actuellement en Irak et en Palestine et au regard des centaines de morts quotidiens que ces guerres engendrent, il est difficile d’être optimiste pour l’avenir. La seule possibilité de s’en sortir pour un pays comme le Maroc est de faire preuve d’un réalisme extrême, frôlant parfois le cynisme et de constater que le monde est désormais violent, injuste et qu’avec tout cela il va falloir agir quand même pour y naviguer.Le conservatisme néofasciste qui s’installe au pouvoir aux Etats-Unis est désormais une tendance lourde de l’histoire. Ce n’est pas un mouvement passager lié à la personne de George W. Bush seul. Ben Laden est probablement mort mais il nous a laissé dans une belle… Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc