×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

+10%

Par L'Economiste| Edition N°:2184 Le 02/01/2006 | Partager

NI miracle, ni catastrophe. Que du moyen. Voilà ce que sera notre nouvelle année. Au lendemain de ce week-end de réveillon, chacun revient à ses dossiers, avec comme première tâche, ses prévisions annuelles. Troublé, il se tourne vers les analystes, tous autoproclamés. Devant l’avenir, l’inquiétude est naturelle, et chaque analyste va en profiter pour faire l’intelligent. Comme au Maroc, intelligent c’est montrer qu’on a l’esprit critique et dénigrer, beaucoup vont annoncer la catastrophe nationale. Cela fait 40 ans qu’on l’annonce. Ou bien, les mêmes s’interrogent sur la mesure miracle, qui va nous transformer en dragon industriel. Ils attendent le messie sauveur; c’est bien sûr l’Etat, même pour les libéraux purs et durs. Cela fait aussi 40 ans qu’on l’annonce.L’apprenti manager, qui ne croit ni aux miracles ni aux catastrophes, peut miser sur une croissance de ses chiffres de +10%. D’abord, c’est un chiffre rond et magique que tout le monde gobe. Ensuite, c’est facile à calculer, à une époque où plus personne ne sait plus utiliser la règle de trois, parfois même pas les ingénieurs et les directeurs. Enfin, justifier les écarts sera tout aussi facile, autour de quelques points, en plus ou en moins.En fait, ce pays connaît la stabilité et une petite croissance, par la nécessité de 30 millions de Marocains de vivre au quotidien, et bien. Voyez ce week-end comment ils se sont rués sur les gâteaux, les cadeaux, et les vœux par SMS. Tout cela pour une fête qui n’était ni de notre religion ni de nos traditions, mais que toutes les classes ont adoptée, parce qu’elle est consommations, convivialité, plaisir. Cela c’est du visible. Le reste n’est que visions. Nous en aurons beaucoup en 2006, année préélectorale. Il ne faut pas que ces visions nous perturbent. Ce ne seront que des petits calculs politiciens de partis, dont aucun ne dépasse 10% de popularité, qui n’apporteront ni catastrophe ni miracle.Khalid BELYAZID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc