Régions

Casablanca parmi les métropoles les plus stressantes

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5390 Le 12/11/2018 | Partager
38% de ses salariés l’affirment
Sécurité et transports sont aussi des préoccupations
La «voix de l'employé» devrait être intégrée dans la planification des villes

Sécurité, stress et transports figurent en tête des préoccupations des salariés Casablancais. Une étude du cabinet conseil Mercer le confirme.

«Au Maroc, la sûreté et la sécurité, le stress et l'anxiété personnels, le transport et la circulation sont les facteurs les plus importants pour décider de l'endroit où vivre et travailler », estiment les auteurs de ce rapport intitulé «People first: driving growth in emerging megacities» (Les personnes avant tout: le moteur de la croissance dans les mégalopoles émergentes).

L’enquête a été menée dans 15 mégalopoles à l’échelle mondiale ayant une population comprise entre 3 et 15 millions d'habitants, un fort PIB prévisionnel et une croissance démographique élevée pour la prochaine décennie. Les personnes sondées ont été interrogées au moyen d'une combinaison d'entrevues en ligne et en personne, menées aux mois de juillet et août 2018.

A Casablanca, 38% des salariés ont signalé des niveaux de stress élevés. Pour le reste de l’échantillon (composé de 500 salariés casablancais), les niveaux de stress sont faibles (31%) à modérés (31%).

Selon le rapport Mercer, les dirigeants municipaux et les planificateurs d'infrastructures devraient intégrer la «voix de l'employé» dans leurs processus de planification afin de mieux tenir compte des facteurs humains et sociaux qui motivent les décisions en matière de lieu de résidence.

Bien que les 15 mégalopoles actuelles et futures de l'étude présentent des points communs, certaines différences très significatives ont été mises en avant. À l'aune des performances réalisées autour des quatre piliers que sont le facteur humain, la santé, l'argent et le travail, les villes ont été classées comme avancées, en progression ou se rapprochant, quant à la satisfaction des attentes des travailleurs.

Les villes avancées obtiennent de bons résultats dans les quatre facteurs et font preuve d'un écart faible à moyen entre les attentes des travailleurs et la performance de la ville. Casablanca est classée en progression, parmi les villes qui présentent un écart moyen entre les attentes et la performance, et les villes se rapprochant reçoivent de faibles scores dans les quatre critères, en faisant preuve du plus grand écart entre les attentes et la performance de la ville, et le plus faible niveau de satisfaction générale à l'égard de la vie des trois groupes.

L'étude révèle que les gens ne s'attendent pas à ce qu'un groupe en particulier porte la responsabilité de régler les problèmes systémiques de leur ville. Selon l'étude, les travailleurs s'attendent à ce que leur ville ou les autorités locales (79 %), le gouvernement national ou fédéral (74 %) et les grandes entreprises (57 %) jouent toutes et tous un rôle pour rendre les villes plus attrayantes et répondre à leurs besoins en matière de satisfaction à l'égard de la vie, de sécurité et de revenus.

Les employés s'attendent à ce que les grandes institutions disposent des ressources et de l'autorité nécessaires pour apporter des changements réels.

15 mégalopoles

Les auteurs de l’étude Mercer ont interrogé 7.200 travailleurs et 577 employeurs dans 15 mégapoles actuelles et futures (dont Casablanca) réparties dans 7 pays, à savoir: le Maroc, le Brésil, la Chine, l'Inde, le Kenya, le Mexique et le Nigeria. Selon la définition des Nations Unies, ces 15 villes auront, à elles toutes, une population de 150 millions d'habitants à l'horizon 2030 et elles auront en commun un PIB élevé, selon les prévisions.

A.E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc