Culture

Des airs de fado à Essaouira

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5045 Le 14/06/2017 | Partager
Un nouveau festival pour la ville «musicale» du 8 au 10 juillet prochains
Essaouira rejoint le réseau Sete Sois Sete Luas qui compte 33 villes de 13 pays
essaouira-fado-045.jpg

Du fado au rythme rock, un autre aux sonorités méditerranéennes et surtout du vrai Fado interprété par la portugaise Cristina Maria Ferreira (Source: TDI)

L’alliance des cultures colle à la peau d’Essaouira. La ville, qui regorge de festivals, vient de rejoindre le réseau Sete Sois Sete Luas. Ce concept regroupe 33 villes de 13 pays qui ont comme objectif commun de favoriser les échanges des arts et des cultures.

De ce réseau, est né un festival du même nom dont la première édition, organisée à Essaouira par l’association Essaouira Mogador, est prévue du 8 au 10 juillet prochain. Partage, fraternité et audace artistique se veulent dans l’ADN de ce nouveau rendez-vous. Ecouter du fado à Essaouira, de la musique capverdienne à Piran, de la Samba à Pontedera ou encore de la musique folklorique slovène à Ribeira Grande…

Un mélange des genres que la ville des Alizés connaît bien. Alors pour cette 1re, les organisateurs ont choisi de la dédier à l’emblématique écrivain portugais et Prix Nobel de Littérature 1998, José Saramago. En ouverture, le public va assister à la projection du documentaire de Miguel Gonçalves Mendes, qui dépeint un portrait intime et émouvant de l’écrivain ainsi que de sa femme Pilar Del Rio. Puis, pendant 2 jours, des concerts sont au programme.

Un premier aux rythmes plus rock avec le groupe également portugais Ronda Da Madrugada, un autre de fado interprété par la portugaise Cristina Maria Ferreira, et un troisième proposé par le Piccola Banda Ikona, une formation italienne mélangeant les sonorités méditerranéennes.

En parallèle, le festival sera l’occasion de découvrir le travail du photographe portugais Rui Pires à travers une riche exposition. Cette aventure est née en 1987 de la passion pour le théâtre d’étudiants italiens. Poussés par l’envie de sortir de leurs frontières, quelques-uns d’entre eux partent à l’Alentejo au Portugal où ils montent plusieurs spectacles avant de rencontrer José Saramago, qu’ils invitent à leur tour en Italie. Un échange culturel riche et original entre l’Italie et le Portugal commence alors.

Depuis 1993 à aujourd’hui, le réseau Sete Sois Sete Luas s’étoffe avec de nouveaux pays, comme la Grèce, l’Espagne, le Cap Vert, le Brésil, la Tunisie, la France ou le Maroc en 2005. L’exemple réussi d’une mobilité internationale où se rencontrent citoyens et artistes du monde entier.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc