×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Vaccin

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5882 Le 11/11/2020 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Le Maroc investit la dernière ligne droite pour la campagne de vaccination anti-Covid. L’opinion publique a été agréablement surprise de découvrir depuis avant-hier un programme beaucoup plus élaboré que ne l’ont été les premières annonces.

C’est pourtant le genre de sujets où les décisions ne sont jamais faciles à prendre. Même si elle est arrimée fortement à l’histoire de la santé publique marocaine, au bout d’une série de victoires sur plusieurs maladies infantiles et maternelles, et reconnues au niveau national et international, la vaccination s’est toujours heurtée à un très fort risque de perception.

L’espoir de guérison s’y double de la peur de devoir supporter les fameux risques iatrogéniques, c’est-à-dire les conséquences qu’induirait la prise d’un médicament ou l’injection d’un traitement.

Le Covid tout particulièrement a constitué depuis le départ, et pas seulement au Maroc, un terreau fertile à des théories conspirationnistes en tout genre.

Les plus connues considèrent que le virus «ferait partie d’un plan pour imposer la vaccination mondiale» (scénario défendu par 13 à 22% des répondants selon une recherche publiée par la revue britannique Royal Society Open Science), mais d’autres, plus farfelues, ont laissé entendre que les Etats comptaient se débarrasser de leurs populations dans une logique implicitement malthusienne!

Soyons sérieux. Les vrais enjeux invitent à des questionnements beaucoup plus rationnels. A commencer par la pertinence des réponses politiques apportées. En 2009, le gouvernement était accusé de surréaction avec le H1N1 et les choix difficiles que la ministre de la Santé de l’époque Yasmina Baddou a eu à prendre en constituant d’énormes stocks. Nous ne sommes pas en 2009.

Peu de comparaison possible entre les deux situations. Pour le dire autrement, l’Etat a-t-il eu raison de s’engager rapidement dans la voie d’un vaccin anti-Covid? Incontestablement oui.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc