×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Vacances

Par L'Economiste| Edition N°:1301 Le 28/06/2002 | Partager

L'Office du Tourisme doit lancer en juillet, donc très bientôt, une campagne pour promouvoir le marché intérieur. C'est la preuve que l'on s'intéresse maintenant à ce créneau longtemps délaissé. Mais c'est aussi la preuve que l'on ne s'y intéresse pas assez. L'initiative d'une campagne est certes louable mais elle l'aurait été davantage si l'opération avait démarré il y a plusieurs semaines. Le soleil bat déjà son plein, les plages sont bondées et les premières vagues de vacanciers parties. Lorsque l'on sait que l'agence de communication qui se chargera de cette campagne n'a pas encore été sélectionnée, l'on est en droit de s'interroger: l'opération qui va coûter 5 millions de dirhams serait-elle compromise pour cet été? A moins de dire qu'elle est valable pour tout le reste de l'année. Ce serait alors commettre une erreur stratégique puisque des études ont montré que le Marocain partait en vacances surtout l'été. En tout cas, l'agence qui sera retenue parmi les quatre présélectionnées aura à concocter une campagne de publicité institutionnelle pour le triennat 2002-2004. Il faut donc comprendre que pour cette année, du moins cette saison, c'est fichu. Ça l'est tout du moins pour le volet promotion du tourisme intérieur. Pour l'autre volet, -la sensibilisation de la population à l'importance du tourisme dans l'économie-, il a moins d'urgence. On n'en finit pas de conscientiser!Il n'y a donc pas que les vacanciers qui s'y prennent en retard pour réserver. Mais eux, à part les agences, qui pourrait leur en vouloir? S'ils compromettent leurs vacances, ça ne regarde qu'eux. Quand c'est 5 millions de dirhams qui sont en jeu, ça regarde tous les contribuables! Hakima EL MARIKY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc