×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Sénégal

Par L'Economiste| Edition N°:2981 Le 13/03/2009 | Partager

Après le redressement remarqué de la BAD, la Banque africaine de développement, par les Marocains, la participation de la Royal Air Maroc au redressement de Air Sénégal fut considérée comme un modèle de coopération sud-sud, une référence citée et appréciée dans toute l’Afrique.Elle fut le point de départ de plusieurs opérations marocaines réussies sur le continent. Par ailleurs, le choix de la RAM de faire de Casablanca un hub pour l’Afrique est bien lancé, en grande partie grâce à l’image créée par la présence marocaine dans Air Sénégal International. Bref, en quelques années, le Maroc a commencé à bâtir une présence en Afrique basée sur une vision stratégique globale. Qu’ils soient des investissements privés ou publics, ces engagements se tiennent les uns les autres.Or, les rapports entre la RAM et l’Etat sénégalais, tous les deux actionnaires de Air Sénégal International, se sont détériorés dramatiquement, en raison de visions de gestion différentes. On s’achemine d’ailleurs vers la rupture.La question devient donc: a-t-on le droit de laisser les choses se détériorer à ce point?Peu importe qui a tort et qui a raison dans cette affaire. Ce qui importe, c’est que la présence de la RAM à Dakar est une composante essentielle de notre démarche stratégique. De plus, les intérêts humains, économiques, politiques et religieux qui lient le Maroc au Sénégal sont autrement plus importants que les enjeux représentés par les sommes investies sur des avions.Stratégiquement parlant, nous n’avons pas le droit d’abandonner Air Sénégal. Certes, il faut amener cette société à appliquer des règles modernes de gestion, mais il ne faut pas perdre de vue que, outre le symbole qu’elle porte, elle est le fleuron économique d’un pays ami et un pays d’amis, que nous devons soutenir, quoi qu’il arrive, sachant par ailleurs qu’un échec dans cette affaire aurait un effet désastreux sur l’image et donc la présence du Maroc dans toute l’Afrique.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc