×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Réseaux

    Par L'Economiste| Edition N°:4427 Le 24/12/2014 | Partager

    Les menaces de boycott de l’appel d’offres pour la 4G est un très mauvais signal pour le marché des télécoms. Les opérateurs ont besoin d’être fixés sur les futures règles du jeu et ils le font savoir. Le décalage entre la vitesse de mobilisation du marché et le niveau de réactivité gouvernementale sur la trame juridique est pour le moins déconcertant. Les réformes réglementaires seraient suicidaires si elles n’intègrent pas l’impact économique pour les entreprises, lesquelles doivent anticiper très en amont les conditions d’accès, d’octroi de licences, d’investissement, de partage d’infrastructures.
    La première condition est donc celle d’un cadre réglementaire clair.  Le phénomène n’est pas nouveau, une partie des craintes se nourrit de la très forte volatilité de l’activité. Les télécoms sont en effet fertiles en innovations, tant dans les changements incrémentaux légers que de véritables ruptures qui peuvent conditionner l’économie des réseaux, les parts de marché, la concurrence ou les business models. L’affaire de la technologie CDMA  il y a quelques années est là pour rappeler que les enjeux financiers peuvent en être considérables et les cycles de vie des produits éphémères.
    D’autres attentes vont inévitablement converger vers le rôle du régulateur. Le débat récurrent chez l’ensemble des pays qui se sont lancés dans les communications à large bande, c’est en effet celui des interventions réglementaires  jugées souvent intrusives et des conséquences qui leur ont été imputées, à savoir les baisses importantes de l’investissement dans le secteur. Ce n’est sans doute pas ce risque que l’on souhaite voir prendre. Celui  de voir basculer les télécoms au Maroc d’une activité qui compte des champions à celui d’une activité qui deviendrait  frileuse sur le financement des infrastructures. Une situation où personne ne trouvera son compte: ni les entreprises, ni les consommateurs.
    Mohamed BENABID

    Mohamed BENABID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc