×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Réflexe

Par L'Economiste| Edition N°:3120 Le 02/10/2009 | Partager

LES classements de «Doing Business» récemment parus (voir L’Economiste du 1er octobre) avec, pour le Maroc, des résultats contrastés. Sur l’ensemble des institutions internationales qui effectuent des classements, «Doing Business» est regardé comme l’un des rapports les plus parlants, car il ne se contente pas d’impressions. Il faut certes se garder d’envoyer au panier les autres rapports car ce sont ces documents qu’utilisent les partenaires du Maroc pour prendre leur décision, mais ce rapport-là est une véritable aide à la gouvernance. Voilà plusieurs millions de DH d’études économisés…S’il ne fallait retenir que deux choses pour leur donner tout de suite un contenu pratique, ce serait, d’abord, que nous avons un gros problème d’opacité et ensuite, que quand on veut on peut. Sur ce point, les différences d’une région à l’autre sont renversantes. C’est bien ce qui prouve que quand on veut on peut changer les choses. On n’est ni plus bête ni plus intelligent à Casablanca qu’à Agadir, alors pourquoi Agadir se classe-t-elle si souvent devant les autres régions sur la plupart des critères de l’étude? On peut dire les choses plus méchamment: pourquoi les autres n’arrivent-ils pas à faire ce que les Gadiris ont réalisé?Le point qui concerne l’opacité globale des systèmes administratifs est, par contre, répandu, dramatiquement répandu.En bon pays féodal, le Maroc cache l’information. C’est un réflexe culturel si puissant qu’il va parfois jusqu’à nous faire hésiter à nommer les personnalités, pour qui l’on utilisera des périphrases.Mais dans un contexte industriel, et quand en plus il y a de la concurrence, le réflexe de cacher, de ne pas dire, de ne pas offrir l’information joue des tours pendables. C’est lui qui conduit tout droit au sous-développement, à l’inégalité des chances et inévitablement à l’amertume ou, pis, à la haine sociale.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc