×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Réalités

    Par L'Economiste| Edition N°:1160 Le 07/12/2001 | Partager

    Depuis quelques jours, les patients perplexes s'enquièrent de la santé de leur apothicaire. Tous diagnostiquent une affection maligne, voire fatale. La profession de pharmacien serait menacée. L'origine de cette épidémie: les diplômés de l'Est. Les pharmaciens déjà installés reprochent à leurs confrères diplômés des pays de l'ex-URSS la qualité de leur formation. Cette mobilisation aurait officiellement pour motif des impératifs de santé publique, le médicament étant un produit dangereux par définition. Ce n'est peut-être là qu'une partie de l'explication. Dans le privé, ils sont en tout un peu plus de 5.200 pharmaciens à se partager une maigre galette: 200 DH de médicaments consommés par an par tête d'habitant. En attendant une AMO qui n'existe que par le nom, il faut bien trouver des solutions d'appoint. La question des diplômés de l'Est c'est aussi un thème qui fédère (ou qui divise). En particulier à la veille des échéances électorales des conseils de l'Ordre. La formation du pharmacien, sa position qui le rend plus abordable que le médecin en font traditionnellement le substitut de ce dernier pour les cas bénins. C'est celui que l'on vient consulter pour un mal de gorge ou pour une petite brûlure. Tout cela contribue à une image populaire du pharmacien, à la fois notable, homme de science et proche du public. Mais il faut bien reconnaître que la réalité est beaucoup moins flatteuse. Et l'origine du diplôme n'y est pour rien à ce niveau. Dans bien des cas, la profession se rapproche sensiblement, comme certains ont pu le dire crûment, du métier d'épicier. Des pharmaciens ont été impliqués dans des affaires de vente au noir. D'autres dans du trafic de psychotropes, notamment. Faut-il alors se ranger du côté de ceux qui voient dans les pharmaciens les représentants les plus vénaux des professions de santé? En tout cas, à l'Est comme à l'Ouest, les problèmes semblent être les mêmes.Mohamed BENABID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc