×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Rail

Par L'Economiste| Edition N°:3422 Le 13/12/2010 | Partager

LE fret ferroviaire est relancé, et de quelle manière. Avec près de 20 milliards de DH pour le TGV, l’on peut affirmer sans exagération que c’est du jamais-vu dans les annales du transport. Les parlementaires pourront toujours râler sur l’opportunité du chantier. Et après tout, ils sont dans leur rôle lorsqu’ils tempèrent l’enthousiasme gouvernemental, demandent des explications sur l’impact, supposé du projet. Ainsi ont-ils interpellé la tutelle sur sa priorité. L’erreur serait de n’y voir qu’une exubérance de financement et de vitesse. S’il en a été décidé ainsi malgré le fardeau que représente son coût, c’est qu’il y a urgence. D’abord celle d’accompagner des projets structurants dans le nord confrontés à une pénurie de main-d’œuvre. En reliant des pôles de compétitivité comme Casablanca et Tanger, il s’agit donc d’offrir à toutes ces entreprises d’autres alternatives. Ne pas en tenir compte c’est oublier combien des moyens de transport rapide sont un levier d’aménagement de l’espace. Ensuite, il est des secteurs, lesquels stimulés par les ruptures technologiques doivent se réinventer en profondeur. Les chemins de fer en font partie. L’ONCF aura entamé ces dernières années une mue qui l’a inscrit dans une logique de compétitivité, avec un fort engagement dans la chaîne logistique. L’Office saisit maintenant d’autres occasions pour réinventer son business model. Et si au passage les Marocains pourraient y capter un peu d’expertise de «la grande vitesse», pourquoi pas. L’ONCF doit en effet étudier toutes les pistes permettant d’une part, d’avoir des ambitions mondiales pour ses ingénieurs, et d’autre part, de redessiner les contours de la filière rail. Il faut donc s’en féliciter. Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc