×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Qui dit mieux?

Par L'Economiste| Edition N°:768 Le 16/05/2000 | Partager

Quand on veut on peut. C'est exactement le principe que la Douane s'est appliqué à elle-même pour changer radicalement.Qui l'aurait cru? Durant le Programme d'Ajustement Structurel des années 80, la Douane était en si mauvais état, si inefficace (pour ne pas dire plus!) que la Banque Mondiale avait recommandé de la concéder à un spécialiste privé, comme l'ont fait plusieurs pays qui n'arrivaient pas à réformer leurs services douaniers.Elle a commencé à se redresser sous le mandat de M. Ali Amor, qui avait déjà redressé l'Office des Changes. Mais M. Amor a été emporté par la dramatique campagne d'assainissement de 1996. Il a été sanctionné pour une faute qui n'était pas de son fait et dont la réalité n'avait même pas été vraiment prouvée. Chacun y a vu une opération de retour en arrière, dans les procédures comme dans le management des hommes.C'est d'ailleurs cette opération même qui a produit les actes d'accusation dont ont été victimes nombre d'entrepreneurs. Rigide, tatillonne comme jamais, la Douane est alors devenue une grave entrave au commerce extérieur... Ce qui n'a pas empêché la contrebande de proliférer, bien au contraire. "A douanier tatillon, contrebandier florissant et industriel pénalisé", tel est l'axiome qu'il faut retenir de cette période noire. Quand M. Abderrazak El Mossadaq est nommé à la tête de cette administration, le redressement paraissait improbable: ses hommes étaient trop profondément traumatisés. Pourtant, en moins de deux ans, ils ont si bien redressé la barre qu'aujourd'hui, lorsque Marocains et étrangers critiquent la bureaucratie locale, il y a toujours un paragraphe pour dire que cette critique ne s'adresse pas à la Douane! Plus encore: quand les droits de douane baissent, les recettes augmentent! Qui dit mieux? Cette expérience, faite en une paire d'années, est forcément reproductible ailleurs, avec la même détermination, la même volonté politique de servir intelligemment le Maroc.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc