×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Pré-émergence

    Par L'Economiste| Edition N°:4432 Le 31/12/2014 | Partager

    Il n’est jamais facile de choisir ce qui a compté parmi des centaines d’événements survenant au cours d’une année. Pourtant, cette fois, pas de problème.
    Ce qui a compté et ce qui comptera pour longtemps, c’est le courage avec lequel le gouvernement, en fait Benkirane lui-même, a pris à bras-le-corps les plus difficiles des réformes. Le Maroc les attend depuis une bonne décennie.
    Du courage et du sens de l’opportunité, puisque non seulement les voitures cesseront de faire le plein avec l’argent des contribuables, mais en plus l’Etat saute sur l’occasion pour programmer une libéralisation… qui surprend des distributeurs eux-mêmes. Bien sûr, il reste le gaz; il reste l’essentiel des retraites… Mais le ton est donné: fini de vivre à crédit grâce à l’endettement des générations futures. Benkirane y a gagné ses galons d’homme d’Etat.
    En revanche, dans l’immatériel, le Maroc n’est pas bon du tout.
    L’éducation est toujours en dehors du champ des réformes.  L’information a fait un terrible bond en arrière au Parlement. Inversement l’irresponsabilité politique a fait un énorme bond en avant. La censure culturelle est de retour, toujours aussi bête.
    Pour l’instant, on ne sait pas compter, sous forme de milliards, les pertes que ces fautes et méfaits engendrent. Il n’empêche qu’on sait tous que cela coûte très cher.
    En fait, autant il y a eu de courage sur les questions de subventions autant il y a d’ignorance et de négligences sur le reste.
    Rien d’étonnant, c’est l’exacte ligne de partage entre les nations qui restent dans la pré-émergence et celles qui parviennent à passer de l’autre côté de la barrière. Ces dernières savent travailler et faire changer les choses dans les domaines immatériels. Les autres, dont nous sommes encore partie, peuvent faire quelques «jolis coups», mais rien de pensé ou d’organisé, capable de marquer sans retour un changement de classe.

    Nadia SALAH

    Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc