×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    La viande

    Par L'Economiste| Edition N°:896 Le 16/11/2000 | Partager

    La vache folle ne passera pas, la vache enragée si. Les autorités sont vigilantes sur ce qui vient d'Europe, et c'est traité au niveau ministériel. Voilà des mesures à l'européenne concernant un problème qui nous vient d'Europe; c'est bien, populaire, mais facile. En revanche, concernant la viande qui vient du souk d'à côté, les mesures sont un peu souk. Récemment, un contrôle de hasard dans un abattoir "clandestin très connu", en plein centre de Casablanca, a révélé de la vache enragée, mais au sens propre. Elle bavait avant de garnir bien des tagines. Un boucher fut condamné, mais personne n'a fermé ce souk au pied des beaux immeubles.D'une manière générale, les autorités estiment que la moitié de la viande consommée dans les villes, et la quasi-totalité dans les campagnes, échappe à tout contrôle. Les méchouis sont des tentatives d'assassinat collectives.L'abattage informel est toléré, car c'est une activité sociale qui offre de la viande bon marché aux couches populaires. Et puis, il y a un lobby de bouchers qui savent se défendre au couteau...Le plus grave est à Casablanca, qui a de nouveaux abattoirs de 70 millions de Dollars, prêts depuis un an et pas encore ouverts. Il y a d'obscures raisons administrativo-financières et les résistances des "professionnels" qui se livrent à de petits trafics sur les bêtes douteuses et les taxes, dans les vieux abattoirs. Ceux-ci sont interdits d'exportation vers l'UE depuis 1983, comme ceux de Meknès et Settat, pour des raisons d'hygiène.Les problèmes sont graves et gros comme un quartier de boeuf. Mais les opérateurs appellent au mutisme, pour ne pas provoquer la panique d'un consommateur carnivore à 10 kg par an. En fait, la filière viande est à l'image d'une spécialité locale, la kefta, faite de bon, de mauvais, des vieux restes, de gras. Tout cela est savamment épicé, coloré, sous couvert de traditions et de gastronomie, avec pour but de dissimuler... jusqu'au grand nettoyage.Khalid BELYAZID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc