×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:150 Le 20/10/1994 | Partager

Peut-être sera-t-il de bon ton, dans quelques semaines ou dans quelques mois, de faire assaut d'imagination pour critiquer l'actuel gouvernement.

Ce serait regrettable, car l'équipe gouvernementale sortante n'a pas démérité, au contraire.

Certes, il y a eu les fantaisies budgétaires à demi rattrapées aujourd'hui. Mais il y a à porter à l'actif du gouvernement sortant la mise en forme du projet pour la généralisation de l'assurance-maladie, la reprise des travaux sur les zones industrielles, l'élimination des tabous en matière de politique agricole, le redressement de la politique énergétique, spécialement pour l'électricité, et surtout le travail de fond sur la privatisation.

C'est à travers celle-ci que peut le mieux se mesurer le résultat quantitatif puisque les objectifs, pourtant singulièrement forcés, sont atteints.

Mais au travers de l'action gouvernementale dans la privatisation se mesure autre chose. C'est en effet sur les privatisations que les batailles bien que feutrées ont été les plus rudes.

Il ne s'agissait pas de batailles idéologiques, mais de simples et puissants freins aux changements, les mêmes freins que l'on a retrouvés à des degrés moindres sur les autres dossiers.

Sans cette étape, le prochain gouvernement serait parti très handicapé. Sur les choix politiques se seraient ajoutées les diffuses et indiscernables résistances, qui ont le don de transformer un débat net et simple en un mélange inextricable d'influences, d'alliances et de rivalités.

L'actuel gouvernement a préparé le terrain au suivant, avec un dévouement d'autant plus remarquable qu'il était d'avance destiné à s'effacer.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc