×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:147 Le 29/09/1994 | Partager

L'Istiqlal, l'USFP et l'OADP ont publié un communiqué commun à l'occasion de la rentrée politique et sociale. En soi, l'initiative est louable ; elle témoigne du souci d'informer l'opinion publique. Plusieurs remarques quant au communiqué lui-même.

D'abord la Koutla n'est plus citée en tant que telle, ensuite le PPS ne fait pas partie des signataires qui sont pourtant sa famille naturelle. Selon toute vraisemblance, les trois partis signataires ne lui pardonnent toujours pas son sens de la nuance.

Quant au contenu, si le communiqué demeure dans les généralités, son économie fait ressortir deux revendications. D'abord une révision constitutionnelle et ensuite de nouvelles élections qui seraient organisées par une instance indépendante. C'est par conséquent une fin de non-recevoir qui est ainsi signifiée en réponse à l'offre de participer à un gouvernement d'union nationale On revient ainsi à la case de départ.

L'on ne peut s'empêcher de ressentir une impression de déjà vu, d'être toujours au même point depuis 30 ans. Pourtant, le Maroc d'aujourd'hui n'a rien à voir avec celui des années 60, ni celui des années 70 ni même celui des années 80 ; le Maroc avance et se transforme vite. Malgré les aléas et les imperfections, il progresse quand même; et au-delà de la participation ou non, il est évident qu'une attitude crispée de la part d'un parti politique ne peut être que négative pour tous.

C'est un peu comme si la scène d'un théâtre était occupée par des acteurs qui ne veulent ni jouer, ni se retirer ; il faudrait pourtant qu'ils choisissent ; dans le cas d'espèce, ce n'est tout de même pas le public qui devra changer de théâtre.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc