×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:107 Le 09/12/1993 | Partager

Bien que toute notre attention soit tournée vers des questions de politique intérieure, l'évolution au Proche-Orient nous interpelle.
Le Maroc est partie prenante dans le processus en cours. Il a joué un rôle discret mais efficace.
Une entente entre Palestiniens et Juifs a toujours été l'objectif déclaré, d'abord sous la forme d'un Etat démocratique multiracial et ensuite sous la forme de deux Etats cohabitant ensemble.
L'accord Gaza-Jéricho est le commencement d'un processus devant conduire à moyen terme à la création d'un Etat palestinien. La paix est donc à portée de la main. Seulement, est-elle souhaitée par tous?
Il arrive que les extrêmes se rejoignent; c'est ce qui se produit actuellement en Palestine. Le Mouvement Hamas et les colons deviennent de fait des alliés objectifs.

Pour Hamas, la paix est venue trop tôt. Ce mouvement, à la faveur de l'Intifada, a développé son influence en grignotant des positions du Fath.
En tant que mouvement politique, Hamas n'a pas intérêt à ce que la paix commence maintenant et il agit en conséquence, tant pis pour le peuple au nom duquel il prétend s'exprimer.
Les colons juifs, pour leur part, ont toujours été résolument hostiles aux accords de paix; ils sont maintenant décidés à tout faire pour les saboter, ils y ont trop à perdre: ils étaient considérés jusque-là comme le fer de lance d'un peuple guerrier. Renoncer au rêve du Grand Israël reviendrait à les réduire à l'état de charge embarrassante.
Une situation aussi contradictoire n'est pas nouvelle, elle s'est déjà produite ailleurs, notamment en Algérie. Mais il reste à espérer que le prix à payer ne soit pas trop douloureux.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc