×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:101 Le 28/10/1993 | Partager

Quelle que soit la composition du gouvernement, une question de fond interpelle désormais la société civile marocaine. Avons-nous réellement les partis dont nous avons besoin?

Il est de plus en plus frappant que la langue de bois et l'opacité caractérisent et enveloppent leurs choix et orientations.

Cela laisse perplexe l'opinion publique. Une exception cependant mérite d'être relevée: le PPS annonce la couleur, ce qui ne va pas d'ailleurs sans lui valoir quelques déboires.

Dans une société pluraliste et démocratique, un parti politique ne peut raisonner comme une entité fermée sur elle-même, il se doit non seulement à ses membres, mais également et surtout à ses électeurs.

Après avoir été sollicités aux urnes, ils sont en droit d'exiger que leur vote ne soit pas inutile.

Par contre, dans un système de parti unique non démocratique, le parti se conçoit comme une entité fermée, une élite agissant d'elle-même pour le compte de tous.

Or, le Maroc d'aujourd'hui n'est pas celui des années 60, la société civile et les institutions ont évolué. Il n'est pas certain que tous les partis en aient fait autant. Il ne s'agit plus de prendre d'assaut le pouvoir, mais de participer à son exercice. L'Histoire n'a donné de mandat en blanc à aucun d'entre eux.

Ce qui est le plus grave, c'est qu'en se trompant d'époque, les partis peuvent porter tort, non seulement à eux-mêmes, mais également à l'ensemble de la société, car vu l'étape que nous traversons, il n'est dans l'intérêt de personne que la notion de parti politique soit dépréciée. Sans eux, point de démocratie, mais encore faut-il qu'ils jouent leur rôle et ne deviennent pas un écran à la démocratisation.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc