×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:97 Le 30/09/1993 | Partager

L'electricite est coupée 2 jours sur 7. Les entreprises, qui veulent travailler quand même, se sont équipées de groupes électrogènes. Maintenant, ce matériel est exonéré de droits de douane, PFI et TVA. C'est normal, dans la mesure où l'investissement est rendu nécessaire à cause de la défaillance de la production. Défaillance qui est du fait des choix des pouvoirs publics dans les années 85-88.

Néanmoins, l'obligation d'autoproduire son énergie pose le problème des coûts. Certes, les entreprises préfèrent autoproduire qu'arrêter leurs activités, mais leur situation les amène à des revendications fiscales, logiques et équitables.Les règles fiscales de l'amortissement ne correspondent pas au cas de figure de l'investissement en groupes électrogènes. La loi interdit l'amortissement accéléré, or les groupes deviendront inutiles d'ici 1994-1995.Au cas des groupes, il faut adjoindre celui de l'informatique où le rythme de l'innovation est nettement plus rapide que ce que prévoient les textes fiscaux sur l'amortissement. La règle fiscale gêne la modernisation des entreprises auxquelles il est demandé de faire face à la concurrence étrangère, aussi bien sur place qu'à l'extérieur.

Le problème fiscal de l'autogénération se présente aussi sous la forme de la surtaxation frappant les hydrocarbures.Est-il bien normal que l'électricité autoproduite, donc plus chère que celle de l'ONE, contienne encore les taxes pétrolières?
Personne n'ignore que l'Etat a besoin de ressources et personne ne le conteste.Mais au moment où se prépare la Loi de Finances, ces points méritent de figurer parmi les priorités.

Abdelmounaïm DILAMI




Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc