×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:95 Le 16/09/1993 | Partager

Le séisme provoqué par la chute du mur de Berlin continue de produire ses effets. La fin du communisme prive Israël de son principal argument stratégique: être le bastion avancé de l'Occident dans la région. Mais également la désintégration du bloc socialiste et ses conséquences sur certains régimes arabes ont amené les Palestiniens à des exigences plus réalistes et plus modestes. L'impact de l'accord ou des accords Israël-OLP dépasse les deux partenaires pour englober par ses conséquences l'ensemble du Monde Arabe. Depuis 1948, toute construction idéologique, tout message politique ou philosophique étaient jugés par rapport à leur engagement palestinien.

Le nassérisme, le baâth, le gauchisme d'après 1967 et, ces dernières années, l'intégrisme sont pour une large part le produit d'une vision arabe devenue univoque. Les régimes n'étaient pas jugés pour leurs succès et échecs économiques ou politiques, mais principalement à l'aune de l'engagement palestinien qualifié d'"aphrodisiaque politique" par Sa Majesté le Roi Hassan II. Ce fut alors le temps de la surenchère, au point que les Palestiniens se trouvaient souvent paralysés par les exigences des régimes et idéologues arabes. Les récents accords ne mettent pas un terme aux problèmes palestiniens, mais ils en atténuent considérablement l'acuité. En ne s'excluant plus l'un l'autre, Israéliens et Palestiniens banalisent désormais leur différend, et dès lors toutes les solutions deviennent théoriquement possibles. Le problème palestinien en bonne voie, le socialisme ayant disparu, bien des régimes et des parties politiques arabes perdent ainsi ce qui a longtemps constitué leur fonds de commerce.

Abdelmounaïn DIILAMI







Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc