×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:92 Le 12/08/1993 | Partager

Les coupures d'électricité ont des conséquences désastreuses pour les entreprises.

Pourtant, le déficit actuel en énergie électrique n'est pas dû uniquement à la sécheresse. Pour une large part, il est la conséquence d'irrationalité dans les choix des priorités.

Il y a prés de 10 ans que l'ONE avait élaboré les projets d'investissement nécessaires pour couvrir les besoins prévisibles en électricité.

Ces projets furent gelés au profit d'autres investissement jugés à l'époque plus prioritaires. Entre temps, l'ONCF présente le projet de voies ferrées reliant Casablanca à l'Aéroport Mohammed V. Ce projet fut retenu et l'investissement réalisé. Actuellement, pourtant, les doutes les plus sérieux pèsent sur l'intérêt de cette réalisation qui ne présente aucun caractère d'urgence, l'Aéroport étant relié à Casablanca et à Rabat par une autoroute loin d'être saturée.

L'ONCF a su convaincre, I'ONE n'y a pas réussi. Pourtant les besoins en électricité étaient connus, le déficit prévisible et la vente d'électricité rentable, alors que la ligne Casablanca-Aéroport Mohammed V tourne actuellement à perte. C'est un exemple parmi d'autres. Dés lors, le contribuable est en droit de se demander sur quels critères se fondent les choix entre les différents projets d'investissement, à quelle rationalité obéissent-ils? En réalité, même au sein de l'appareil de l'Etat, il ne suffit pas qu'un projet soit utile et même nécessaire pour être adopté, encore faut-il qu'il soit présenté d'une manière persuasive.

L'Etat moderne multiplie les filtres et par conséquent les interlocuteurs à convaincre, mais le corollaire en est qu'il faut responsabiliser les interlocuteurs quant aux choix qui sont faits.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc