×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:57 Le 10/12/1992 | Partager

Le dossier de la généralisation de l'assurance-maladie polarise les conservations. Il s'agit d'un dossier à facettes multiples, voire contradictoire, où il n'est pas aisé de se définir des axes de raisonnement.

Un dossier où les principes de départ sont malaisés à concilier l'équité, la pluralité, la solidarité.

Un dossier où les divers partenaires apportent une charge, pour ne pas dire une pression, considérable. Les uns souhaitent que l'assurance soit un vecteur privilégié du dialogue social et vont jusqu'à souhaiter que ce dialogue social passe uniquement par là. Les autres raisonnent en termes de sécurité financière et pensent avant tout aux réserves à constituer dans la prévision du vieillissement de la population et de l'accroissement de la demande de soins. Un troisième groupe estime qu'il faut surtout se pencher sur la fluidité des circuits et la simplicité des opérations financières. Un quatrième groupe fait remarquer qu'il y a des acquis à préserver, autant pour les organismes faisant déjà de l'assurance que pour les assurés. Un cinquième groupe s'inquiète des coûts et des prélèvements, parfois jugés improductifs, sur l'économie. D'autres encore, et preuve à l'appui, s'insurgent à l'idée de voir tout ou partie du système confié à la CNSS.

L'intérêt soulevé par les travaux en cours n'a d'égal que l'attente de l'opinion publique et personne n'a tort de vouloir apporter au dossier son propre angle d'analyse. Il faut en outre le féliciter de ce que les partenaires mettent leur point de vue sous les jeux de l'opinion publique. Mais entre ces positions extrêmes, il faut maintenant négocier pour créer un système, certes imparfait, mais qui aura le mérite d'exister, enfin, et de pouvoir être amélioré.

Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc