×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:49 Le 15/10/1992 | Partager

    LA campagne électorale qui s'achève a été significative à plus d'un titre.

    La première constatation est que les partis politiques ne présentaient pas de thèmes fédérateurs quant à la gestion des Municipalités ou des Communes Rurales. Aucun parti n'a défini de politique globale des transports en commun ou d'urbanisme. Peu ou pas de philosophies globales ont été proposées quant aux nouvelles responsabilités que devront assurer les Assemblées locales, qu'il s'agisse du financement des écoles primaires et des centres de santé ou de l'assainissement, de lutte contre la pollution,...

    Les partis politiques ont opté pour une campagne de proximité et de voisinage. Les candidats ont fait le porte à porte et ont surtout cherché à valoriser leur connaissance du village ou du quartier et de leurs habitants.

    La campagne fut donc, sur le terrain, peu politisée, ce qui ne peut que favoriser les candidats sans étiquette.

    On peut cependant regretter que certains grands thèmes de la vie quotidienne soient restés peu explorés, tels, par exemple à Casablanca, les transports en commun, le partage des frais d'assainissement et la lutte contre .la pollution.

    La seconde constatation, qui peut fournir des indications sur la future campagne législative, est relative au ton adopté par les uns et les autres.

    Tous les partis ont choisi le ton calme et serein. Les incidents, qui sont hautement condamnables, sont heureusement rares. Lorsqu'ils se produisirent, la réaction a été immédiate pour calmer les esprits.

    Manifestement, la classe politique marocaine considère que la réussite du processus démocratique est un objectif primant sur les considérations partisanes.

    Le processus démocratique en cours doit réussir pour des raisons de politique interne mais aussi parce qu'il est ressenti comme un "examen de passage" pour entrer dans le monde des Nations modernes.

    La classe politique mesure que la démagogie et l'esprit partisan étroit risqueraient de mettre le pays à la merci d'une dérive totalitaire. C'est rassurant.

    Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc