×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:46 Le 24/09/1992 | Partager

    Le Premier Ministre reçoit les partenaires sociaux. Le Mercredi 23 Septembre, c'était le tour du patronat. Etaient conviés les trois Chambres, Agriculture, Artisanat et Commerce-Industrie ainsi que la CGEM. La configuration initiale a donc été élevée d'un cran, puisqu'au départ la démarche était celle de Moulay Zine Zahidi, Ministre du Commerce et l'Industrie et de la Privatisation. Autour du Ministre, on se félicite de l'évolution qui permet aux professionnels de poser leur problème dans un cadre général de politique économique et sociale. Du côté des entreprises, si on accepte de bonne grâce de voir les dossiers prendre du galon, par contre, il est fréquemment rappelé que, par le passé, semblables consultations n'ont donné que des résultats décevants.

    Du côté syndical, les journaux des partis politiques sont restés discrets sur le contenu des entretiens et aussi sur les positions de principe des syndicats. L'usage veut que ces attitudes marquent la bonne volonté dans la concertation.

    Mais cet usage est-il aujourd'hui efficace? C'est la question.

    On fera remarquer que la discrétion permet les ajustements mutuels. C'était vrai par le passé, quand ce qu'il est convenu d'appeler la "société civile" s'intéressait assez peu à la détermination de la politique économique et sociale. Cela l'est moins aujourd'hui et cette société civile se sent soutenue par la volonté unanimement exprimée de développer les débats, d'élargir et de rendre publique la recherche du consensus. Les partenaires économiques et sociaux ont donc à faire évoluer leurs méthodes et à appliquer un principe nouveau. Il s'agit d'accepter sans complexe le fait que dans une négociation, et par définition, on équilibre les pertes et les gains, par rapport aux objectifs idéaux que l'on se fixe. Il s'agit de renoncer donc au flou qui ménage les susceptibilités personnelles, mais malmène le respect que l'on doit à la société civile moderne.

    Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc