×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Archives prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:619 Le 19/10/1999 | Partager


C'est un simple filet de sécurité que Bank Al-Maghrib a tendu sous le marché interbancaire. Et c'est un filet qu'elle dit provisoire, rétractable.
De l'autre côté du marché monétaire, le Trésor, qui n'en a pas besoin mais qui a donc décidé d'en faire payer les taux d'intérêt aux contribuables, a quand même pris 3 milliards de DH. C'est une somme record, mais paradoxalement, c'est aussi un montant ridicule face à ce que les banques lui offraient. Elles en avaient proposé 5,5 fois plus. Plusieurs phénomènes concourent à rendre les banques surliquides, donc en danger d'affaiblissement. Il y a l'embellie du tourisme, des transferts MRE. S'y ajoutent l'accroissement de l'autofinancement des entreprises et l'amélioration de leurs ratios financiers tout comme l'amélioration des finances publiques. Il faut aussi compter les ratios Cooke privilégiant la sécurité sur la prise de risques et un système judiciaire imprécis ralentissant le classement des affaires, même lorsque les créances sont de notoriété publique irrécouvrables. Ces éléments et d'autres encore expliquent que la politique de baisse des taux d'intérêt, très efficace, se heurte à des murs. La balle a bien atteint son but, mais les ricochets sont en train de faire des dégâts. L'angoisse du système bancaire, l'intervention en tant que pompiers des autorités monétaires, montrent ce qu'il en coûte de n'avoir que des actions tactiques. Elles finissent immanquablement par se heurter les unes aux autres, surtout quand, comme en ce moment, elles sont bien pensées, donc efficaces. La politique économique a beaucoup d'excellentes lorgnettes, que chacun utilise à l'envers, par le petit bout. Une seule, même moins précise mais tenue dans le bon sens, serait préférable.

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc