×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:487 Le 16/04/1999 | Partager

    Le social est plein de paradoxes: Ceux qui donnent, aiment "le dialogue" et ceux qui reçoivent, aiment l'argent. Les premiers prennent leur temps, les seconds sont pressés.
    Ainsi l'accord du 1er moharrem 1420, c'est 13 redites ou généralités, présentées comme de grandes avancées et trois petites mesures. Quand ils voient de tels battages, les employés croient à de belles hausses de salaires, et d'allocations familiales. Le social commence et finit dans la poche. Les patrons, eux, croient à des baisses des charges. Le social commence et finit dans la caisse.
    Leurs attentes sont parfois légitimes ou irréalistes; mais elles sont simples et concrètes. Pour ceux qui sont autour de la table du dialogue social, ministres et "représentants" syndicaux, c'est une affaire de politique compliquée.

    Avant l'alternance, les gouvernements ouvraient le dialogue avec des syndicats qui étaient dans l'opposition. Pratique civilisée qui évitait la confrontation stérile comme la grève générale. Il fallait calmer la population et lui donner de espoirs. Une fois, le 1er août 1996, cela a abouti à des mesures comme la pension minimale à 500 DH ou le fonds du logement social; trois ans après, on piétine à leur application, et l'on ressert cela.
    Aujourd'hui, les syndicats sont alliés aux partis au pouvoir. Ils cherchent à en prendre le leadership, et font mine de s'en détacher. C'est de la politique qui ne trompe pas le commun des smicards, qui n'est pas prêt de fêter le 1er mai, un 1er août ou un 1er moharrem.

    Khalid BELYAZID


    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc