×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Intellectuels

    Par L'Economiste| Edition N°:977 Le 16/03/2001 | Partager

    Les prochaines échéances politiques telles que le congrès de l'USFP risquent d'être le détonateur du divorce entre les intellectuels et les politiques. L'évolution que connaît notre société est porteuse de bien des inquiétudes. Les Marocains savent ce qu'ils perdent, mais ignorent ce qu'ils gagnent. Nous vivons un moment typique d'une société en mutation bancale. La mutation est bancale parce que les intellectuels qui sont une composante essentielle ne l'accompagnent pas. Or, c'est à eux qu'il revient d'anticiper, de théoriser et percevoir l'avenir et ce faisant, ils le mettent à notre portée et nous le rendent accessible. Les politiques, quoi qu'ils fassent, ne peuvent pas donner la visibilité nécessaire. L'action politique pour être comprise, acceptée ou rejetée doit être lue à la lumière de la conceptualisation des intellectuels. Or, dans leur grande majorité, les intellectuels qui produisent se sont cantonnés dans des discours critiques. Lorsque l'ouverture politique a commencé, ils étaient pris dans ce divorce entre le pouvoir et l'opposition et s'étaient mis sous la tutelle de partis comme l'USFP, le PPS... développant un discours politiquement utilitaire. Lorsque les directions des partis de l'ancienne opposition ont commencé leur marche vers le pouvoir, ils l'ont menée uniquement sur le plan institutionnel. Ils ont aggravé ainsi le déphasage des intellectuels avec leur rôle historique.Cette contradiction fondamentale, notre société n'a pas fini d'en payer le prix. Il faut que les intellectuels s'émancipent des politiques et reviennent enfin au rôle qui est le leur, c'est-à-dire celui qui consiste à explorer l'avenir avec toutes les possibilités qu'il offre et à fournir les repères conceptuels à la société.Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc