×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Impulsion

Par L'Economiste| Edition N°:3249 Le 07/04/2010 | Partager

UN an après le lancement solennel du plan Emergence qui marquait aussi le retour de la politique industrielle, les assises, qui se tiennent ce mercredi à Casablanca, sont l’occasion de faire le point sur les réalisations de ses différentes composantes. Cet exercice d’échange public-privé, désormais rodé par la mise en oeuvre du contrat-programme du tourisme, est un des acquis du pilotage de la politique économique. L’idée derrière ces assises est de réfléchir ensemble sur des pistes d’amélioration dans l’exécution du plan Emergence et de lui apporter si nécessaire, des ajustements. Et pourquoi pas, envisager d’y greffer dès maintenant le plan solaire pour lequel le Maroc nourrit de très grandes ambitions. Car il faudra demain beaucoup de coordination et exploiter au maximum des passerelles entre Emergence et le plan solaire au lieu de s’enfermer chacun dans son coin. Curieusement, jusqu’à présent, le travail d’équipe a plutôt bien fonctionné entre privé et public qu’entre administrations.D’ores et déjà, le volontarisme en matière industrielle a produit des résultats concrets. L’automobile a repris de la vitesse, alors que le Maroc est aujourd’hui référencé sur la carte mondiale de la sous-traitance aéronautique et de l’offshoring. Ce qui est sûr, c’est que Renault ne serait jamais venu installer une unité de production à Tanger sans l’impulsion du plan Emergence. De même, Casanear-shore et Technopolis, fer de lance du Maroc dans la compétition internationale sur l’offshoring, n’auraient pas non plus vu le jour. Tous les ingrédients du succès sont réunis, reste à lever la contrainte de ressources humaines. La difficulté à trouver des compétences (à prix compétitifs) est le dénominateur commun de tous les opérateurs. Faudra peut-être un plan Emergence RH.Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc